LE BAPTÊME BIBLIQUE

LE BAPTÊME UNE INSTITUTION PAR JÉSUS

JÉSUS DONNE UN ORDRE A SES APÔTRES DE BAPTISER

Au Mont des Oliviers, le Christ-Jésus avant de monter au ciel, donne ses dernières instructions à ses apôtres. Il leur a dit :

« Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création…Celui qui croira et QUI SERA BAPTISE, sera sauvé. » Marc 16 :15-16

Le baptême a été établi par Jésus pour tous ceux qui croient, de toute nation, de tout peuple, de toute race :

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. » Matthieu 28 :19

le texte littéral Grec dit :

« Instruisez toutes les nations, ceux qui accepteront cet enseignement, baptisez- les. »

Dans le livre des Actes, nous voyons que les Apôtres appliqué l’Ordre de Jésus

Le jour de la Pentecôte, l’apôtre Pierre adressa à la foule, rassemblée à Jérusalem devant la chambre haute où avait lieu l’effusion du Saint-Esprit, cette pressante exhortation :

« QUE CHACUN DE VOUS SOIT BAPTISE » Actes 2 :38

Ce jour-là, TROIS MILLE PERSONNES se firent baptiser !

Quelque temps après, l’apôtre Pierre, à son tour, selon l’enseignement de Jésus, et après avoir annoncé la Bonne Nouvelle à Corneille et ses ami(e)s

« ORDONNA qu’ils fussent baptisés au Nom du Seigneur » Actes 10:48

La pratique de Pierre, « d’Ordonner  » nous donne une preuve de Importance du baptême par Jésus et ses Apôtres


LE BAPTÊME AUX TEMPS DES APÔTRES

Un jour, (Actes8)

8.26 Un ange du Seigneur, s’adressant à Philippe, lui dit: Lève-toi, et va du côté du midi, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert. 8.27 Il se leva, et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d’Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, venu à Jérusalem pour adorer, 8.28 s’en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Ésaïe. 8.29 L’Esprit dit à Philippe: Avance, et approche-toi de ce char. 8.30 Philippe accourut, et entendit l’Éthiopien qui lisait le prophète Ésaïe. Il lui dit: Comprends-tu ce que tu lis? 8.31 Il répondit: Comment le pourrais-je, si quelqu’un ne me guide? Et il invita Philippe à monter et à s’asseoir avec lui.

8.32 Le passage de l’Écriture qu’il lisait était celui-ci: Il a été mené comme une brebis à la boucherie; Et, comme un agneau muet devant celui qui le tond, Il n’a point ouvert la bouche. 8.33 Dans son humiliation, son jugement a été levé. Et sa postérité, qui la dépeindra? Car sa vie a été retranchée de la terre. 8.34 L’eunuque dit à Philippe: Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre? 8.35 Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus.

8.36 Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit: Voici de l’eau; qu’est-ce qui empêche que je ne sois baptisé?

Si l’Éthiopien pause la question, c’est que certainement Philippe à eux un entretien sur le sujet auparavant

8.37 Philippe dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit: Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. 8.38 Il fit arrêter le char; Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque.

Sur ce moment, nous voyons bien que le baptême se fait DANS l’eau et non quelques gouttelettes d’eau !

C’est ce que va nous confirmer l’Évangile de Jean 3:23

3.23 Jean aussi baptisait à Énon, près de Salim, parce qu’il y avait là beaucoup d’eau; et on y venait pour être baptisé.

Vous voyez bien BEAUCOUP d’eau ! on ne parle pas de gouttes d’eau

Dans Matthieu 3:16 il est écrit : « Dès que Jésus eut été baptisé, IL SORTIT de l’eau. »

Le mot « BAPTËME » est du latin ecclésiastique BAPTISMA , au grec βάπτισμα , dérivé du verbe βαπτίζειν BAPTIZEIN, fréquentatif du verbe βάπτειν baptein (« plonger dans un liquide », « immerger »).

En littéral : Action de plonger ou Action d’immerger

Oui, au temps des Apôtres, le baptême se faisait par IMMERSION, le converti était plongé COMPLÈTEMENT DANS L’EAU

Faite le pas de l’obéissance à Jésus-Christ, décidez maintenant puisque vous voilà convaincu que le BAPTÊME BIBLIQUE c’est celui des CROYANTS et par IMMERSION.

Dans le livre de LUC 19:40, Jésus dit : « Si les disciples se taisent, les pierres crieront »


Jean Baptiste, l’humble précurseur du Christ

Quelle est la mission de Jean le Baptiste ?

Chez les Juifs, l’hygiène fait partie de la loi

Les juifs pratiquent les ablutions, avant la pratique de la prière.
HALAKHOT (LOIS JUIVES) CONCERNANT LE LEVER ET L’ABLUTION … de son lit un récipient rempli d’eau ainsi qu’une bassine pour y pratiquer l’ablution.

Les prosélytes Nom grec qui signifie étranger, comme l’hébreu ger. C’est le nom par lequel les Juifs désignaient les gentils qui s’étaient convertis au judaïsme se plongeaient entièrement dans l’eau pour se purifier après avoir prié Dieu de pardonner leurs péchés.

« Celui qui se purifie se baignera dans l’eau » (Lévitique 14 :8)

Mais le baptême du prophète Jean le Baptiste n’est pas un prolongement de ces pratiques rituelles juives, qui utilisaient cette pratique pour purifier les souillures du corps

La Bible nous le précise justement dans le livre de Luc

« Le baptême de Jean-Baptiste venait du ciel. » (Luc 20 :4)

La Mission de Jean-Baptiste, c’est préparer la voie du Messie

Jean-Baptiste avait pour mission spéciale de préparer la voie du Messie.

Les thèmes de ces messages

. La repentance, « Produisez donc des fruits dignes de la repentance. » (Luc 3 :8)

. La confession des péchés. « Confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui… » (Matthieu 3 :6) .

. La foi en Celui (Le Messie) qui devait venir (Actes 19 :4) , pour offrir le sacrifice agréé de Dieu et ôter le péché du monde. (Jean 1 :36)

Jean était « la voix de celui qui crie dans le désert : préparez le chemin du Seigneur. » (Luc 3 :4)

Une foule de Juifs venaient l’écouter depuis Jérusalem et de tous les pays des environs du Jourdain,

Il y avait des religieux, des pharisiens, des sadducéens et des publicains, réputés gens de mauvaise vie, ainsi que des soldats. (Luc 3 :12-14 et Matthieu 3 :5-7)

Il disait : le Messie promis depuis longtemps est là.

Repentez-vous de vos péchés, préparez-vous à Sa venue.

Il exigeait d’eux, avant le baptême, des fruits de la repentance allant jusqu’au partage des biens : « que celui qui a de quoi manger, partage avec celui qui n’en a point. » (Luc 3 :11)

C’est en prolongement de cette mission de Jean-Baptiste que les apôtres eux- mêmes se mirent à baptiser.

Mais cette fois, ce n’était plus la même chose, il y avait en plus une confession de foi en Jésus, MORT ET RESSUSCITE pour le salut.

Au baptême de transition de Jean-Baptiste succéda donc le baptême de la nouvelle alliance, fondé sur la foi en l’œuvre de Jésus qui avait donné sa vie sur la croix pour le pardon des péchés.


LE BAPTÊME DE JÉSUS-CHRIST

A l’âge de 30 ans, Jésus quitte son village de Nazareth, en Galilée. Il vient vers Jean-Baptiste, au fleuve du Jourdain, près de Jéricho, afin de se faire baptiser par lui.

Mais pourquoi Jésus ? Le baptême ne s’administre qu’à des pécheurs repentants, qu’à des coupables qui désirent être purifiés. Pour eux, le baptême d’eau est le signe du pardon. Alors pourquoi Jésus ?

Jésus est sans péché (Hébreux 7 :26).

Il n’a pas besoin de se repentir, d’être rendu meilleur.

On ne blanchit pas la neige. Jésus est pur, Il est sans tâche.

Mais Jésus se mélange au peuple d’Israël qui vient se faire baptiser. Il s’assimile au peuple et à tous les pécheurs.

N’est-Il pas venu prendre sur Lui les péchés ?

Jésus ne se met pas à raisonner et à discuter avec Jean-Baptiste qui refuse de Le baptiser. Il lui dit simplement que « cela est convenable et juste » Son baptême est le témoignage de sa filiation divine, la confirmation qu’Il est le Messie.

Jean consent à le plonger dans l’eau du Jourdain, et au moment où Jésus sort de l’eau, un phénomène extraordinaire, magnifique, visible apparaît :

« les cieux s’ouvrent et l’Esprit descend sur LUI, sous une forme corporelle, comme une colombe « (Matthieu 3 :16).

Puis une voix retentit dans l’espace et fait entendre ces paroles :

« Celui-ci est mon Fils bien- aimé en qui j’ai mis toute mon affection. » (Matthieu 3 :17).

Par cet acte de soumission à la volonté de Dieu son Père, il nous a montré la voie de l’obéissance et de l’abaissement.

Suivons avec joie son exemple en nous faisant baptiser du baptême biblique.


QUI FALLAIT-IL BAPTISER AU TEMPS DES APÔTRES

1. DES ADULTES aptes : à écouter la Parole de Dieu à la comprendre, à y croire.

« Hommes israélites, écouter ces paroles.. ; » Actes 2 :22

Ceux qui acceptèrent SA PAROLE, furent baptisés » Actes 2 :41

« Tous ceux qui croyaient.. » Actes 2 :44 2.

des HOMMES et des FEMMES capables de décider.

« Quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu et du NOM de JÉSUS-CHRIST, HOMMES et FEMMES se firent baptiser. » Actes 8 :12 3.

  • « Corneille avait invité SES PARENTS et SES AMIS intimes » (pas de bébés)
  • « Pierre trouva beaucoup de personnes réunies. « (Actes 10 :27 et Actes 10 :24
  • « Tous ceux qui ÉCOUTAIENT LA PAROLE…et Pierre ordonna qu’ils fussent baptisés au NOM du SEIGNEUR. Sur quoi, ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux. » Actes 10 :44 et 48 4.
  • Des HOMMES AYANT LA FOI en JÉSUS « Ils furent baptisés au Nom du Seigneur Jésus.
  • Ils étaient en tout environ douze HOMMES « Actes 19 :6-7
  • « Simon CRUT ET FUT BAPTISE. » Actes 8 :13
  • « Plusieurs Corinthiens CRURENT et FURENT BAPTISES. » Actes 18 :8
  • La Bible enseigne que le baptême était accordé seulement à ceux qui se repentaient de leurs péchés, croyaient en Jésus-Christ comme leur Sauveur personnel et savaient ce qu’ils faisaient en se décidant à se faire baptiser.

LE PRIVILÈGE D’OBÉIR A JÉSUS-CHRIST


LE BAPTÊME BIBLIQUE C’EST QUOI ?

1 – Un acte d’obéissance

Il s’accomplit sous la libre responsabilité de chacun.Jésus et ses apôtres l’ont ordonné.

Obéir au Maître de l’univers, au Roi des Rois, au Seigneur des seigneurs, quelle grâce !

« Que chacun de vous soit baptisé » Actes 2 :38 Ce petit mot « chacun » vous concerne. Mais n’oubliez pas que cet ordre est précédé de cet appel : «Repentez-vous ».

Cela veut dire qu’après avoir reconnu votre misère et cru en Jésus pour avoir une vie nouvelle, vous êtes invité à confesser votre foi au Nom de Jésus-Christ par le baptême.

2 – Un symbole

Le fait d’être plongé dans l’eau, et d’en sortir, illustre de manière simple cette expérience spirituelle miraculeuse de la mort au péché, rendue possible par la mort de Jésus sur la croix, et de la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts.

Le baptême permet de donner une image concrète de la nouvelle naissance acquise au préalable par une repentance sincère et la foi en Jésus-Christ. Il en est le signe, le symbole.

3 – Un engagement

C’est la confession publique d’une décision prise dans le cœur de suivre Jésus et de pratiquer son enseignement.

C’est l’engagement devant tous d’une bonne conscience, engagement déjà pris dès la conversion, de vivre pour plaire à Christ, de marcher sur ses traces, de ne pas avoir de compromis avec le mal, de conserver le cœur pur, de demeurer en communion avec Lui, de vivre en paix avec sa conscience en présence du Seigneur.

Le baptême est une confirmation de cet engagement. (1 Pierre 3 :21) C’est le sceau, le cachet extérieur d’une position intérieure prise en donnant notre cœur au Seigneur. Une sorte de signature matérialisant une décision prise devant Dieu.

Par le baptême, nous confirmons notre décision de garder notre alliance avec Dieu par la foi en Jésus-Christ, de rester au nombre des rachetés inscrits dans le Livre de Vie.

Notre nom n’y est pas inscrit au moment du baptême, mais à l’instant même où nous acceptons Jésus comme sauveur.

4 Une entrée dans la famille visible des rachetés

C’est le deuxième pas succédant à celui de la Nouvelle Naissance. Il nous introduit dans la communauté visible des sauvés, à savoir l’église locale, l’assemblée de ceux qui ont expérimenté le Salut par grâce.

« Ceux qui acceptèrent sa Parole furent baptisés ; et en ce jour-là , le nombre des disciples augmenta d’environ 3000 âmes » (Actes 2 :41)

Après son baptême, le baptisé participe avec les autres disciples, à : . la communion fraternelle

. la fraction du pain (sainte-cène) .la prière. (Actes2:42) « Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu. » (Actes 2 :44) Ceux qui ont la foi et qui la confessent par le baptême éprouvent le besoin de se réunir. Le baptême nous introduit dans cette famille de frères et sœurs en Christ. C’est une nécessité spirituelle. L’isolement du baptisé n’est pas normal. La voie biblique c’est que ceux qui croient et qui sont baptisés soient ENSEMBLE.

« Ils étaient chaque jour TOUS ensemble assidu au Temple » (Actes 2 :46)

5 – Une confession de foi

La foi ne doit pas être mise sous le boisseau, à l’ombre, cachée. Au cours des premiers siècles, le baptême était toujours accompagné d’une confession de foi du baptisé, devant l’assemblée des croyants. C’était le « oui public » de la décision prise de suivre Jésus.

Le baptisé affirme devant tous être attaché à Jésus-Christ, avoir la foi en Lui. « Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. » (Actes 8 :37) LE BAPTEME AU NOM DE JESUS-CHRIST « Que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ « (Actes 2 :38) Cette expression :

« AU NOM DE JESUS-CHRIST « (Actes 2 :38) ou « AU NOM DU SEIGNEUR » (Actes 10 :48) ou « AU NOM DU SEIGNEUR JESUS » (Actes 8 :16 et 19 :5) employée au sujet du baptême est-elle une formule « magique » ou une confession de la foi en Jésus ?

La compréhension des textes qui parlent du baptême « au Nom de Jésus » dépend du petit mot grec »EPI ». Ce mot traduit par « AU » dans Actes 2 :38 signifie »DESSUS, SUR, A CAUSE DE… » Le texte devrait être traduit littéralement ainsi :

« Que chacun de vous soit baptisé à cause du Nom de Jésus-Christ ».

ou encore :

« Que chacun de vous soit baptisé sur la confession de votre foi dans le Nom de Jésus-Christ »

Quand Pierre et Jean rencontrèrent un impotent à la Belle Porte du Temple de Jérusalem, ils lui dirent : « au Nom de Jésus, lève-toi et marche » et, plus tard, Pierre insista sur le fait que c’était la foi placée dans le Nom de Jésus et pas autre chose qui était à l’origine de la guérison miraculeuse.

« C’est PAR LA FOI EN SON NOM, que son NOM a raffermi celui que vous voyez et connaissez. » (Actes 3 :6 et 16) Il ne s’agit pas de prononcer la formule « au nom de Jésus pour être exaucé, mais d’avoir la foi en son Nom ».

C’est pourquoi Jésus dit :

« Tout ce que vous demanderez EN MON NOM, je le ferai » (Jean 14 :14) Quand le Pasteur demande au futur baptisé qui se trouve dans les eaux du baptistère, prêt à être baptisé :

– « Crois-tu que Jésus a expié tes péchés ? », Il lui fait confesser SA FOI au NOM DE JÉSUS-CHRIST.

Le baptême se fait dans la CONFESSION de FOI AU NOM DE JÉSUS, le Sauveur.

La valeur du baptême n’est pas dans une formule, mais dans le fait qu’il est le témoignage d’une foi réelle en Jésus.

Le baptême succède à la foi.

Jésus l’a dit clairement :

« Celui qui croira ET qui sera baptisé sera sauvé. » Marc 16 :16 Il met en évidence deux actes :

Premièrement CROIRE, Deuxièmement ÊTRE BAPTISE.

Croire sous-entend avoir la FOI EN LUI, en SON NOM.

« Celui qui croit en MOI, dit-il, a la vie éternelle. » (Jean 6 :47) Ensuite vient le Baptême.

« Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible » dit l’évangéliste Philippe à l’Éthiopien qui lu demandait de le baptiser. (Actes 8 :37) Son baptême ne fut possible qu’après sa confession de foi en Jésus comme étant le Fils de Dieu et l’homme de douleur, ayant porté nos péchés, annoncé par le prophète Ésaïe, chapitre 53 :

L’apôtre Paul ne fut-il pas baptisé en invoquant le Nom du Seigneur (Actes 22 :16) ? Il a « invoqué » c’est-à-dire qu’il a fait appel au Seigneur en mettant sa foi en son Nom pour avoir le pardon de ses péchés.

A Césarée, Pierre prêcha la Bonne Nouvelle dans la maison de Corneille et il dit notamment :

« Quiconque croit en Jésus, reçoit par Son Nom le pardon des péchés. » (Actes 10 :43) Il n’a pas dit : « Par le baptême en son Nom », mais « par Son Nom » Cette foi dans le Nom de Jésus, il la prêcha aussi à Jérusalem. Il dit aux chefs du peuple d’Israël, aux anciens et aux scribes :

« Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre Nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 :12) Cette vérité est également enseignée par l’apôtre Jean :

« Vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au Nom du Fils de Dieu » (1Jean 5 :13) Lorsque Jésus a dit à ses disciples :

« Baptisez-les au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » (Matthieu 28 :19) Il a mis en évidence la distinction très nette entre les trois personnes, par l’emploi du mot « ET » qui se trouve dans l’original grec et qui sous-entend :

. au Nom du Père ET (au nom) du Fils ET (au nom) du Saint-Esprit.

Croire, c’est aussi avoir la foi en ces trois personnes de la divinité :

  • En Dieu qui a tellement aimé le monde ;
  • En son Fils qu’il a donné (jean 3 :16) .
  • Dans le Saint-Esprit, le Consolateur que le Père envoie au Nom du Fils. (Jean 14 :26)

Le baptême n’a pas sa valeur dans une formule à laquelle on attribue une vertu magique, car ce serait retourner à des rites païens, mais dans la profession de foi en la personne de Jésus-Christ et en son sacrifice au calvaire.

LE BAPTÊME EN JÉSUS-CHRIST

Romains 6 :3 « Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés. » Le sens original du mot « baptiser », à savoir « immerger », permet de comprendre que l’»immersion EN Christ» n’est pas l’immersion dans l’eau». C’est une expérience spirituelle d’une vie changée, transformée par la foi en Jésus-Christ.

L’apôtre Paul démontre dans ce chapitre 6 de l’épître aux Romains l’harmonie entre la grâce du pardon et la grâce sanctifiante, purificatrice, libératrice.

L’image de l’immersion est mise en parallèle avec l’ensevelissement ou la mort.

« Nous avons donc été ensevelis avec LUI PAR LE BAPTÊME EN SA MORT. » (Romains 6 :4) Ce n’est pas par le baptême dans l’eau que nous avons été ensevelis, mais par le baptême en sa mort. C’est la noyade de l’ancienne vie de péché, c’est la rupture avec la vaine manière de vivre faite de souillure et d’incrédulité, loin de Dieu.

« Notre vieil homme a été crucifié avec Lui. » Romains 6 :6 La crucifixion avec Christ, c’est-à-dire par la foi en la mort expiatoire de Christ que nous recevons le pardon et la délivrance du péché.

Nous reconnaissons que Christ a pris notre place à la croix, qu’il s’est chargé de nos péchés, qu’il est mort en portant en son corps sur le bois nos péchés, et nous devenons ainsi, par la foi en LUI, une même plante avec LUI par la conformité à sa mort. (Romains 6 :5) « Même plante ». Par Sa mort, il a mis à mort en moi le pouvoir du péché. Je considère donc mon ancienne vie comme morte avec lui et par lui au calvaire.

Étant mort « avec Christ », je suis « mort au péché ». Le péché ne règne plus en moi, il ne me domine plus.

Dieu avait dit à Caïn :

« Le péché se couche à la porte et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui. » Genèse 4 :7

Ce que Caïn n’a pas fait, nous le pouvons par Jésus-Christ, car par la mort de Jésus, nous avons le pouvoir de dominer le péché.

Être immergé en Christ, c’est accepter de venir à Christ tel que nous sommes avec toute notre misère, toutes nos faiblesses, toutes nos souillures, tous nos péchés, sans rien lui cacher, et reconnaître que c’est pour nous qu’il est mort afin de nous pardonner et de nous affranchir du péché.

A cette première étape, à cette immersion dans la MORT du Christ au calvaire, succède immédiatement une « résurrection », une sortie de la mort pour vivre dans la VIE du Christ, une vie de pureté, de victoire sur le péché, de liberté et de paix intérieure.

Il n’y a pas de résurrection en nouveauté de vie s’il n’y a pas d’abord immersion en la mort du Christ.

Reconnaître son péché, s’en repentir et croire que le Christ est mort pour l’expier est le passage qui conduit à la vie nouvelle.

« Si nous sommes devenus une même plante avec LUI par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection. » Romains 6 :5 La grâce nous est offerte dans la mort du Christ pour nous libérer de l’esclavage, de la domination du péché, et dans Sa résurrection pour nous communiquer une nouveauté de vie, une vie différente, une vie libre à l’égard du péché.

Avoir été « baptisé en Christ », c’est-à-dire « plongé, immergé », à la fois dans sa mort et dans sa résurrection, c’est avoir fait l’expérience du SALUT de son âme.

Alors seulement le baptême dans l’eau a sa raison d’être.

On ne meurt pas au vieil homme en étant plongé dans l’eau, pas plus qu’on ne ressuscite en nouveauté de vie en sortant de l’eau. Notre véritable mort à nous- mêmes ne commence pas au baptême, mais à la croix.

C’est à la croix que le vieil homme avec sa vie de péché est crucifié et, c’est la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus qui nous donne accès à la vie nouvelle, à la vie éternelle. Nous ne changeons pas de comportement à partir du jour du baptême mais à partir du moment où nous avons cru au sacrifice de Jésus-Christ pour notre rédemption.

C’est pourquoi le baptême des nourrissons n’est pas conforme à l’enseignement biblique, puisqu’il ne symbolise aucune expérience spirituelle.

L’apôtre Paul écrivit aux chrétiens de la Galatie :

« Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtus Christ.. » Galates 3 :27

Le mot grec « EIS » traduit par « EN » veut dire :

« DANS, DEDANS, A L‘INTÉRIEUR ». Il implique la notion d’aller « VERS » avec une idée de relation.

Autrement dit, ce baptême « DANS LE CHRIST » c’est l’expérience à laquelle Jésus lui-même nous invite :

« Celui qui demeure en moi (baptisé en Christ) et en qui je demeure (avoir revêtu Christ) porte beaucoup de fruit. » Jean 15 :5 C’est une union avec le Christ.

C’est une rupture avec le passé d’une vie de péché et la mise en marche d’une vie nouvelle.

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Corinthiens 5 :17 Avant de recevoir le baptême dans l’eau, il faut expérimenté réellement ce changement de vie.

La vie passée est : Pardonnée, Effacée, Rejetée dans l’oubli, Morte avec Christ à la croix.

Elle a été ensevelie, mise au tombeau, disparue avec Christ dans sa mort. Le pouvoir du péché a été vaincu.

Vous voici libéré de l’esclavage dans lequel le péché vous maintenait. La vie nouvelle en Christ est une vie libre. Il y a résurrection en nouveauté de vie. Par Christ, vous avez maintenant le pouvoir sur le péché.

Si ce changement est réel, si vous êtes une nouvelle créature en Christ, votre baptême dans l’eau est non seulement possible, mais nécessaire.

ET APRÈS LE BAPTÊME

Un « baptisé » est considéré comme « chrétien ». Il l’a confessé publiquement.

Si donc après son baptême il se conduit comme un « païen », il sera montré du doigt et on dira de lui : « regardez ce qu’il fait, et c’est un baptisé ! » Le baptême n’est pas un sommet spirituel. La route continue et le baptisé est invité à« marcher » selon l’Esprit.

C’est pourquoi votre baptême doit être sérieux. Ce n’est pas un acte fait sous le coup d’une émotion religieuse ou pour être agréable à quelqu’un de votre entourage, mais, comme vous venez de le lire, c’est le symbole d’UNE VIE CHANGÉE PAR JÉSUS- CHRIST.

Cette vie nouvelle doit se continuer après le baptême et refléter constamment la vie de Jésus-Christ en vous.

Croyez aussi à cette promesse qui est faite à ceux qui obéissent au Seigneur :

« Que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; ET VOUS RECEVREZ LE DON DU SAINT-ESPRIT. Car la promesse est pour vous. » Actes 2 :38 et 5 :32 QU’EST-CE QUI EMPÊCHE QUE JE SOIS BAPTISE ?

Actes 8 :36 Quoique convaincu de l’authenticité du baptême biblique et de la nécessité d’être baptisé pour obéir à Jésus-Christ, vous hésitez encore.

Vous vous inquiétez de ce que penseront les autres, vos parents, vos amis, les autorités ecclésiastiques de votre religion.

Vous craignez de sortir des sentiers battus de la tradition religieuse ou d’affronter les réflexions de vos collègues de travail.

Faites confiance à Jésus-Christ. Il vous aidera et vous communiquera par son Esprit la force et le bonheur d’être son témoin.

Il a fait ces promesses :« Je suis avec vous tous les jours » Matthieu 28 :20 « Je ne te laisserai pas, je ne t’abandonnerai pas. » Hébreux 13 :5

De nombreuses personnes témoignent avoir vaincu les craintes, triomphé des préjugés et reçu des bénédictions pour avoir obéi au Christ, d’abord.

Peut-être voulez-vous remettre à plus tard votre décision, objectant que vous attendez que votre mari ou votre épouse se décide aussi à se faire baptiser ?

La Bible dit :« QUE CHACUN DE VOUS SOIT BAPTISE » Actes 2 :38

La décision est personnelle. Chacun doit obéir à Jésus-Christ. Votre Salut et votre soumission à Jésus-Christ dépendent de VOUS, seul !

Ce que le frère ANANIAS disait à l’apôtre Paul, n’est-ce-pas aussi un appel qui vous est adressé :

« MAINTENANT…… QUE TARDES-TU ? » ? et voici l’ordre à mettre de suite en pratique :

« LEVE-TOI , SOIS BAPTISE ! » Actes 22 :16 Ensuite, comme l’Éthiopien, juste après son baptême, TOUT JOYEUX , vous poursuivrez la route. Actes 8 :39

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :