La puissance du pardon

Un soir d’hiver glacial, un homme a eu une crise cardiaque.
Après avoir été admis à l’hôpital, il demanda à l’infirmière d’appeler sa fille.
Il expliqua, « Voyez-vous, je vis seul et c’est la seule famille que j’ai.

 » L’infirmière appela la fille.
La fille fut complètement bouleversée et s’est écriée,

« Vous ne devez pas le laisser mourir !
Vous comprenez, papa et moi avons eu une discussion malheureuse il y a environ un an.
Je ne l’ai pas revu depuis.
Durant tous ces mois, je voulais aller le voir pour lui demander pardon.
La dernière chose que je lui ai dite a été, « Je te hais. »
La fille se mit à pleurer et dit ensuite,
« J’arrive tout de suite. Je serais là dans une demi-heure. »

Le malade eut un arrêt cardiaque, et immédiatement on essaya de le ranimer.
L’infirmière fit cette prière,
« O Dieu, sa fille arrive, ne permet pas que ça ne finisse comme ça. »
Tous les efforts de l’équipe médicale furent vains.
L’infirmière regarda un des docteurs parlant à la fille en dehors de la chambre.
Elle pouvait voir l’expression pitoyable sur son visage.
L’infirmière prit la fille à part et lui dit,
« Je suis désolé ! » La fille lui dit, « Vous savez, je ne l’ai jamais haïe. Je l’aimais.
Maintenant j’aimerais aller le voir.
 » L’infirmière l’introduisit dans la chambre, et la fille s’est approchée du lit et cacha son visage dans les draps en disant au-revoir à son père décédé.
L’infirmière, détournant les regards pour ne pas voir ce déchirant au-revoir, remarqua un morceau de papier sur la table de chevet.
Elle le prit et le lu :

« Ma très chère Janie, Je te pardonne.
Je prie pour que tu me pardonnes aussi.
Je sais que tu m’aimes. Je t’aime moi aussi. Papa. »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :