Que dois-je faire pour être sauvé ?

 

Cet article décrit clairement la réalité du péché, la nécessité d’être sauvé, et l’unique moyen prévu par Dieu pour notre salut. Il s’adresse à tous ceux qui se demandent sérieusement ce qu’ils doivent faire pour être sauvés, et en avoir l’assurance.

Nous avons tous notre lot de problèmes et de souffrances. A la racine de toutes nos misères, il y a le péché, parce qu’il nous sépare de Dieu et attire Sa réprobation sur nous. En outre, le Jour du Jugement approche, et les pécheurs sont en danger d’être jetés dans le feu éternel de l’Enfer.

Les diverses religions promettent la délivrance et la vie. Cependant, les opinions des hommes ne nous intéressent pas. Les Ecritures nous disent que « puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication » (1 Cor. 1 :21). Nous devons donc chercher à connaître le message que Dieu nous a laissé dans Son Livre, la Sainte Bible. Nous sommes convaincus que, par l’Ecriture, nous pouvons parvenir à une juste connaissance du salut, par la foi en Jésus-Christ (2 Timothée 3 :15).

Cet article présente brièvement le plan du salut, tel que Dieu nous l’offre. Lisez-le attentivement, et priez que Dieu illumine votre intelligence. Seul le Seigneur Jésus est capable d’ouvrir votre intelligence pour comprendre Sa Parole. Ne donnez aucun repos à votre âme, tant que vous n’aurez pas pu trouver la réponse satisfaisante à cette question vitale :

« Que dois-je faire pour être sauvé ? »

Notre problème.

Beaucoup de gens se comportent comme s’ils n’avaient aucun besoin d’être sauvés. Ils semblent satisfaits de leur vie. Une telle attitude n’est que pure folie. On peut être en bonne santé, intelligent, avoir de l’argent et des amis. Mais toutes ces choses ont une fin. Votre cœur ne connaîtra aucun repos véritable tant que vous ne connaîtrez pas Dieu personnellement. C’est en Lui seul que nous pourrons trouver la plénitude de la joie. Nous avons tous besoin d’être sauvés, pour la simple raison que nous sommes tous pécheurs. Chacun de nous est affligé d’un double problème :

  • 1. Nous nous conduisons mal devant Dieu,
  • 2. Notre cœur est mauvais.

Nous nous conduisons mal devant Dieu.

Dieu est le Créateur et le Seigneur de toutes choses. Puisque c’est Lui qui nous a créés et qui nous maintient en vie, nous sommes soumis à l’obligation de L’aimer de tout notre cœur, de Lui obéir et de L’adorer. Mais, depuis le début, nous nous sommes rebellés contre Lui, et nous nous sommes comportés comme nous le voulions.

Quand nous mentons ou que nous commettons un vol, nous n’offensons pas seulement les hommes. Avant tout, nous défions Dieu. C’est comme si nous Lui disions : « Je sais ce que Tu considères comme juste, mais je choisis de n’en tenir aucun compte. Je ferai tout ce que je veux, et je ne me soumettrai pas à Tes commandements ! »

Nous tendons à minimiser le péché, et nous pensons que nous ne sommes pas si mauvais après tout. Pourtant, nous ne pourrons pas indéfiniment continuer à nous moquer de Dieu. « Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses œuvres » (Romains 2 :5-6).

Je vous en prie, soyez honnête vis-à-vis de vous-même devant Dieu. N’êtes-vous pas préoccupé de l’état de votre « casier judiciaire » moral ? Vous êtes coupable de toute parole impure, de tout blasphème, de toute médisance et de tout mensonge qui sont sortis de votre bouche. N’avez-vous pas honte de vous approcher du Dieu Très Saint, alors que vous êtes souillé par l’immoralité et l’impureté ? Examinez soigneusement votre conscience. Rappelez-vous tout le mal que vous avez commis dans le passé, et tous les péchés que vous continuez à entretenir dans votre cœur. Vous devrez rendre compte un jour de tout ce que vous avez fait et dit. Vous en êtes responsable, pas devant moi, ni devant un simple être humain, mais devant Dieu, le Juge du monde.

L’épée de la Justice est suspendue sur votre tête. Quand Dieu le décidera, vous serez obligé de paraître devant Son tribunal, pour rendre compte de toutes vos actions. Si vous ne bénéficiez pas de Son salut, vous serez condamné à une punition éternelle en Enfer.

Notre cœur est mauvais.

En plus de notre comportement de pécheurs, nous sommes confrontés à un autre problème : notre cœur est mauvais. Nous sommes misérables, non seulement en raison de ce que nous faisons, mais aussi en raison de ce que nous sommes. Adam, le premier homme, avait été créé juste et saint. Mais dès qu’il a chuté, il est devenu un pécheur. De même que la semence d’un mauvais arbre produit toujours un autre mauvais arbre identique, ainsi, tous les descendants d’Adam ont été conçus dans le péché. « Par la désobéissance d’un seul homme, beaucoup ont été rendus pécheurs » (Romains 5 :19).

Le Seigneur Jésus a parlé de la corruption de notre cœur. Il a dit : « Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie » (Marc 7 :21-22). Le cœur de l’homme est comme une source de laquelle s’écoulent toutes les impuretés qui nous polluent. Notez bien que Jésus n’a pas dit que ces impuretés étaient provoquées par les pressions de la société, ou les imperfections de notre éducation. La psychologie moderne part du principe que le cœur de l’homme est fondamentalement bon. Mais notre Maître désigne notre cœur comme la source de tous nos maux : « Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent » les péchés et l’iniquité.

Nous pouvons nous féliciter de toutes les « bonnes œuvres » que nous accomplissons. Mais nous avons besoin de réaliser que même les actions apparemment nobles, si elles sont accomplies par un être humain qui n’est pas sauvé, procèdent d’un mauvais cœur. L’Ecriture nous le dit : « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ? » (Jérémie 17 :9). Qu’attendez-vous d’un cœur mauvais ? Des bonnes, ou des mauvaises œuvres ? Jésus nous donne la réponse : « Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? » (Matthieu 7 :16). Sûrement pas !

Ne pensez donc pas que vous êtes capable de plaire à Dieu. Ne vous imaginez pas que vous aurez vous-même la force, si vous le décidez, de vous détourner du péché pour obéir à Dieu. De même que le ver de terre craint la lumière et s’enterre profondément dans les ténèbres du sol, ainsi en est-il du pécheur : il s’enfuit loin de la clarté de la gloire de la majesté de Dieu. « Selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu » (Romains 3 :10-11). Vous ne pourriez jamais venir à Christ pour être sauvé, si Dieu ne vous attirait pas à Lui par Sa grâce. « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6 :44).

Je ne serais pas surpris si vous rejetiez toutes ces accablantes vérités. Vous pourriez protester, et vous exclamer : « Je ne suis pas si mauvais ! Je veux bien admettre que j’ai commis quelques fautes. Mais il est ridicule de dire que je mérite l’Enfer pour cela. Je ne crois pas non plus que mon cœur soit mauvais. Le fond de ma nature est bon. Si je le voulais, je pourrais obéir à Dieu ». Un tel langage ne ferait que confirmer les ténèbres et la séduction dans lesquelles est plongé votre cœur. Tous ceux qui parlent ainsi ne rejettent pas l’opinion d’un homme, mais le jugement que Dieu prononce sur eux.

Cher ami, quelle opinion avez-vous de vous-même ? Etes-vous coupable, ou non ? Etes-vous bon, ou mauvais ? J’espère que Dieu vous accordera la grâce d’être honnête avec vous-même. Vous dépendez complètement de Dieu pour avoir un cœur nouveau, et pour être libéré du poids de votre dette.

De fausses espérances.

L’Évangile est une bonne nouvelle pour tous les pécheurs : « C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs » (1 Timothée 1 :15). Toutefois, avant de vous parler de la rédemption offerte par Jésus-Christ, je dois vous mettre en garde contre certaines voies qui vous promettent la vie, mais qui mènent en fait à la perdition.

Ce n’est point par la Loi.

Beaucoup de gens espèrent être sauvés, parce qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour obéir aux commandements de Dieu et pour accomplir des bonnes œuvres. J’ai posé à plusieurs personnes la question suivante : « Quand vous paraîtrez devant Dieu, pourquoi pensez-vous qu’Il vous permettra d’entrer au Paradis ? » Presque tous m’ont donné la même réponse : « Parce que je m’efforce d’obéir à Ses commandements et de faire du bien à mon prochain. L’important, c’est de mener une vie droite ».

Si nous avions pu nous sauver nous-mêmes par nos propres efforts, pourquoi Christ aurait-Il dû venir sur cette terre ? Pourquoi a-t-Il souffert et a-t-Il subi la mort de la croix ? S’il nous avait été possible de devenir justes en obéissant de nous-mêmes à la Loi de Dieu, alors Christ serait mort en vain !

Les commandements de Dieu ne peuvent pas nous sauver, pour la simple raison que nous ne leur obéissons pas comme nous le devrions. Au contraire, les commandements que nous avons violés témoignent contre nous que nous sommes des pécheurs coupables. L’Ecriture nous dit que personne ne sera reconnu juste devant Dieu par les œuvres de la Loi. La Loi ne fait que nous rendre conscients de notre état de péché.

« La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Loin de là ! S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi. Mais l’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient » (Galates 3 :21-22 et Romains 3 :20).

Comme un miroir, la Loi nous révèle la saleté de notre visage, mais elle ne peut pas nous nettoyer. Si vous voulez être purifié de vos péchés, vous devez porter vos regards ailleurs. La rédemption ne peut être obtenue sur le Mont Sinaï.

On ne peut trouver le pardon qu’au Calvaire.

Ce n’est point par les œuvres.

Nos bonnes œuvres ne nous qualifient pas pour le salut. Nous ne pouvons pas nous racheter en compensant nos péchés par des bonnes œuvres. Notre dette morale ne peut pas être payée en faisant des bonnes œuvres, en faisant pénitence, ou en accomplissant des cérémonies religieuses. L’Ecriture nous enseigne que « le salaire du péché, c’est la mort », et que « sans effusion de sang, il n’y a point de pardon des péchés » (Romains 6 :23 et Hébreux 9 :22).

En outre, la Bible dit que les enfants de Dieu sont sauvés par Sa grâce, et non par leurs propres bonnes œuvres : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Ephésiens 2 :8-9).

Beaucoup de gens se font une fausse idée de la grâce de Dieu. Ils croient qu’ils vont mériter Sa grâce par les choses qu’ils accompliront.

Si nous pouvions obtenir le salut par le mérite de nos propres réalisations morales, Dieu aurait une dette envers nous. Car « à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due » (Romains 4 :4). Mais Dieu ne doit rien à personne. Dieu sauve le pécheur non en raison de ses mérites, mais simplement parce qu’Il a décidé d’être bon et compatissant. Le salut est un don gratuit. Si vous deviez payer pour avoir un don, ce ne serait plus un don ! Que Dieu soit loué, le salut est un don de Sa grâce, et le Chrétien doit toujours se réjouir de la grâce de Dieu.

On me fait souvent cette objection : « S’il en est ainsi, je n’ai pas besoin de faire le bien, puisque je serai quand même sauvé ». Mais un tel raisonnement est fallacieux. Il prouve simplement que l’on n’a pas encore compris l’Évangile comme on aurait dû le comprendre. Les enfants du Royaume céleste sont sauvés « non par les œuvres », mais « pour accomplir de bonnes œuvres ». « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2 :8-10). Les bonnes œuvres sont le but, et non la cause, de notre salut. Dieu commence par nous sauver en nous donnant un cœur nouveau. C’est ce cœur nouveau qui nous permettra de produire naturellement beaucoup de fruit pour Sa gloire.

Je vous donne une illustration. Supposez que deux hommes donnent chacun dix euros à une œuvre de bienfaisance. Apparemment, tous deux ont accompli la même œuvre, mais leurs motifs étaient complètement différents. Le premier l’a fait en pensant que cela augmenterait ses mérites pour être sauvé. Le second savait à quel point Dieu l’avait aimé, et il a agi pour aider les autres de bon cœur. Le premier est un Pharisien, le second est un enfant de Dieu.

Il n’y a aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés.

L’apôtre Pierre proclame sans hésiter que Jésus-Christ est le seul Sauveur : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 :12).

Hélas, beaucoup de Catholiques se comportent comme si Christ seul ne leur suffisait pas. Ils doivent aussi invoquer le nom de Marie, ou celui d’un des saints. Certes, Marie est la mère de notre Seigneur, selon la chair, et toutes les générations l’appelleront « bienheureuse ». Mais Marie n’est pas notre sauveur, ni notre médiateur. Ce n’est pas Marie qui est morte sur la croix pour expier nos péchés. « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous » (1 Timothée 2 :5-6).

J’exhorte tous ceux qui ont une dévotion pour Marie à écouter ce que dit la Parole de Dieu. Vous ne pouvez pas invoquer à la fois le nom de Jésus et le nom de Marie pour le salut de votre âme. Il n’y a qu’un seul nom par lequel nous devions être sauvés : le nom du Seigneur Jésus-Christ. Certes, nous devons suivre l’exemple de Marie et, comme elle, nous confier dans le Seigneur pour notre salut. Alors, avec elle, nous pourrons prononcer ce cantique : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur » (Luc 1 :46-47).

Le Seigneur Jésus-Christ.

« Que dois-je faire pour être sauvé ? »

La Bible nous donne la réponse à cette question : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille » (Actes 16 :31). Voici l’invitation que Christ adresse aux pécheurs : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11 :28).

Qui est Jésus ? Quelle œuvre particulière a-t-Il accomplie, pour que je Lui fasse confiance pour mon salut ? Pourquoi le pécheur doit-Il courir à Lui ? La Bible nous donne un certain nombre d’excellentes raisons à cela.

  1. Venez à Jésus, parce qu’Il est le Christ.
  2. Venez à Jésus, car Il est le Fils éternel de Dieu, le Seigneur de gloire.
  3. Venez à Jésus, parce qu’Il est l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.
  4. Venez à Jésus, parce qu’Il est le Souverain Sacrificateur établi par Dieu.
  5. Venez à Jésus, parce que Celui qui S’est autrefois humilié jusqu’à la mort de la Croix est à présent ressuscité d’entre les morts.
  6. Venez à Jésus, car Il est bon et miséricordieux.
  7. Venez à Jésus, car Il revient bientôt !

La première fois qu’Il est venu sur la terre, c’était dans l’humilité, la pauvreté et la faiblesse. Mais Christ reviendra sur la terre avec puissance et une grande gloire. Quand Il sera révélé du Ciel, qui sera-t-Il pour vous ? Un Juge terrible qui vous condamnera à être éternellement éloigné de Lui et à subir un châtiment éternel en Enfer ? Ou sera-t-Il votre Sauveur, source d’une joie éternelle ? Cela dépendra de votre réponse à Son appel à vous tourner vers Lui.

Venez à Christ !

Si vous voulez être pardonné de vos péchés, et recevoir du Seigneur Jésus la vie éternelle, vous devez vous repentir, et placer votre confiance en Lui. Il serait vain d’admettre simplement votre culpabilité, si vous ne vous repentez pas. Cela ne servirait à rien de connaître l’amour et la puissance de Christ, si vous ne vous appuyez pas sur Lui. Le message de l’Evangile est simple : c’est « la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ ».

Une véritable repentance vient d’un cœur brisé. Vous avez toutes les raisons d’être rempli de chagrin, quand vous considérez combien de fois vous avez pu défier Dieu par vos péchés. Vous devez admettre devant Lui qu’Il aurait raison de vous condamner, et que vous méritez la punition de l’Enfer. Pourtant, la repentance est bien plus qu’un chagrin. La repentance consiste à abandonner votre volonté pécheresse, pour vous engager entièrement à suivre Christ comme votre Seigneur. Le fils prodigue s’est levé. Il a abandonné sa vie insouciante et pécheresse. Il est retourné vers son père. Comme ce fils prodigue, retournez à la maison du Père, pour servir le Seigneur tous les jours de votre vie.

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner » (Esaïe 55 :7).

Repentez-vous, et croyez en Christ. La foi véritable consiste à faire confiance de tout votre cœur au Seigneur Jésus. Prenez courage, et venez à Lui maintenant. N’essayez pas de faire valoir vos mérites personnels ! Au contraire, venez à Lui tel que vous êtes, avec toute votre honte et toute votre culpabilité. Invoquez Son nom, et demandez-Lui de vous faire miséricorde. Demandez-Lui de vous pardonner, en invoquant le sang qu’Il a versé à la Croix. Si vous Lui faites sincèrement confiance, à Lui seul, vous pourrez alors faire cette prière : « Seigneur Jésus, c’est Toi, et Toi seul, qui es mon Sauveur. Je n’ai confiance ni en moi-même, ni en aucun autre. Toi seul, Tu est mon unique espérance ! »

Etes-vous écrasé par le poids de vos péchés ? Comprenez-vous que vous n’en serez jamais délivrés par vos propres forces ? Abandonnez donc tout espoir de vous en sortir vous-même ! Mais ne vous détournez pas du Dieu de miséricorde. Venez à Christ ! Venez à Lui avec un cœur repentant. Ne faites confiance qu’à Lui seul ! Si vous faites cela, vous trouverez du repos pour votre âme.

Aujourd’hui, si vous entendez Sa voix, n’endurcissez plus votre cœur !

« VENEZ A MOI ! »

Un dernier mot personnel pour le lecteur :

Peut-être avez-vous encore des doutes et des questions au sujet de la voie du salut. Je vous encourage à continuer à prier et à lire les Ecritures. Je suis également désireux de vous aider le mieux que je peux. Je vous encourage donc à ne pas hésiter à m’écrire et à me poser toutes vos questions.

Peut-être avez-vous déjà compris l’Evangile, et le Seigneur vous a-t-Il déjà accordé la grâce de la repentance et de la foi en Jésus-Christ… A présent, vous ne dépendez plus de ce que vous allez faire, ni de votre valeur personnelle, ni d’une religion ou d’un saint quelconque. Vous ne dépendez que du Seigneur Jésus-Christ, par la foi. Lui seul est votre unique Sauveur. Je me réjouis donc avec vous, et je loue Dieu pour Sa grâce.

C’est le commencement d’un beau voyage, dont la fin est encore plus belle, car c’est le Ciel ! Votre désir est de suivre le Seigneur et de le glorifier. Mais sachez que la vie chrétienne n’est pas un lit de pétales de roses. Le Seigneur vous donnera une joie indicible. Mais, dans Sa divine et sage Providence, Il vous conduira aussi dans beaucoup de souffrances et de chagrins. Car c’est ainsi que nous atteignons la maturité.

Puis-je vous encourager à lire chaque jour votre Bible, dans une attitude de respect ? Le Seigneur vous y parle ! Ecoutez bien !

Priez aussi votre Père qui est au Ciel ! Allez dans un endroit tranquille et ouvrez à Dieu votre cœur. Remerciez-le et louez-Le. Confessez-Lui vos péchés. Priez pour vous, et pour les autres. Cherchez aussi à vous joindre à un groupe de Chrétiens qui croient en la Bible. Nous sommes membres d’un Corps, l’Eglise, et nous avons besoin les uns des autres.

Le Seigneur veut que vous soyez baptisé par immersion, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Il veut aussi pour celui qui est baptisé que vous preniez le pain et le vin avec vos frères, pour commémorer Son sacrifice en notre faveur. En outre, l’enseignement de la Parole de Dieu est absolument indispensable, pour que chaque Chrétien puisse grandir dans la grâce et dans la connaissance de Jésus-Christ.

Que le Seigneur vous bénisse et vous garde. Que le Seigneur fasse briller sur vous Sa face et vous donne la paix !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :