Notre Enquête Spéciale Kippour

A la lumière de la guerre du Kippour…

 

TABLE RONDE
la guerre de kippour

Certitudes et Interrogations

Afin d’étudier plus en détail les textes si importants évoqués dans l’article précédent, et quelques autres qui leur sont complémentaires, nous avons organisé une « table ronde » au cours de laquelle, après bien des jours d’études, les participants ont donné leurs opinions, soulignant leurs certi• tudes, mais notant aussi leurs interrogations sur quelques points. Etaient présents :

Le Pasteur Le Cossec, auteur de livres et d’articles concernant les prophéties bibliques en relation avec Israël. (Etudes menées pendant près de trente-cinq ans).

Le Pasteur Jean-Marc Thobois s’est spécialisé dans l’étude de l’archéologie d’Israël. Etudiant à l’université hébraïque de Jérusalem a bénéficié de l’enseignement des meilleurs maîtres israéliens des questions bibliques.

Le Pasteur Yvon Charles, journaliste. a effectué plusieurs enquêtes depuis la guerre des six jours.

  1. Yvon CHARLES

La guerre du Kippour éclaire donc d’un jour nouveau plusieurs prophee ties bibliques. Nous sentons que nous sommes maintenant en contact direct avec l’actualité biblique. Nous pouvons envisager la suite des événements avec plus d’assurance et si des points d’interrogations demeurent, les certitudes abondent.

  1. Clément LE COSSEC

Lors de notre première enquête en Israël à la suite de la guerre des six jours, nous avons rencontré le journaliste André SCEMAMA qui, entre autre, nous disait qu’au moment des événements de la « Guerre des six jours » certains s’interrogeaient : « Ne l’as-tu pas vu, ne l’astu pas rencontré ? » croyant que le Messie était arrivé.

Lorsque nous nous sommes rendus, à la Pentecôte, sur le Mont Sion et que nous y avons interrogé des Juifs venus de différents endroits du pays, nous leur avons demandé ce qu’ils pensaient des événements, Ils nous ont répondu : « Nous n’attendons plus que le Messie ». Or, le Messie n’est pas venu ; une nouvelle guerre a éclaté et le Messie n’est toujours pas là. Ceci nous permet de comprendre que l’étude de la prophétie ne doit pas se faire en fonction des événements mais d’une recherche plus poussée des révélations de Dieu dans les Ecritures.

  1. Jean-Marc THOBOIS

Effectivement ces événements et la façon dont ils se sont déroulés nous amènent à remettre en question un certain nombre de théories acceptées jusqu’à maintenant sans discussion. Lorsque la guerre a éclaté, dans un premier temps, il était difficile de voir à quel texte précis ils s’appliquaient ; mais le jour où les forces atomiques américaines ont été mises en état d’alerte à la suite d’une menace soviétique, il était impossible de ne pas faire le rapprochement avec Ezéchiel chapitres 38 et 39.

  1. Yvon CHARLES.

Comme tu viens de le noter, la guerre du Kippour pouvait nous permettre de nous interroger bien que toutes les guerres n’aient pas de signification : « Etait-ce donc un simple incident » ?

A juste raison la suite des événements nous fait penser à Ezéchiel chapitres 38 et 39, mais lorsqu’on étudie en approfondissant cette longue prophétie, on note qu’il manque encore quelques éléments pour qu’elle puisse se concrétiser pleinement. Je veux parler notamment de la « sécurité d’Israël » qui n’est pas pleinement réalisée dans les faits et aussi de « l’alliance » de certains peuples avec Gog qui pour l’instant n’est pas intervenue.

  1. Jean-Marc THOBOIS.

II est très curieux de remarquer que Gog est à la tête d’une vaste coalition qui rassemble autour de lui de nombreux peuples, qu’il nous est possible d’identifier grâce à l’archéologie.

Dans les sources assyriennes du 7e siècle avant Jésus-Christ, il est question d’un certain Gaga qui règnait sur l’empire qui s’étend de la Mer Egée à la Mer Noire appelée Mat-gougou, d’où Magog.

Vient ensuite la mention du Pays du Méschec : Mousqué en akkadien, Mosquoi en grec. Le Pays de Tubal quant à lui était situé au Nord-Est de l’Arménie.

Les alliés de Gog sont : la Perse, l’Iran actuel ; Cuch, l’actuel Soudan ; Puth, l’actuelle Lybie ; Gomer est le Pays des Simmériens situé au Nord du Caucase d’où ils furent chassés par les Scythes : la Maison de Togarma d’Ezéchiel, originaire de Tiflis et des montagnes d’Ararat.

Nous nous apercevons donc que l’Iran, par exemple, n’a pas encore rejoint la coalition dont la Russie est le chef.

A l'horizon... le plateau du Golan
  1. Yvon CHARLES.

Ainsi que je l’ai souligné tout à l’heure, l’autre élément tout aussi important, et peut-être plus encore, qui n’est actuellement pas réalisé ou qui manque, est relatif à la sécurité, à la tranquillité même du peuple d’Israël.

Notons en premier lieu l’extrême précision qui permet de situer dans l’histoire d’Israël cette époque particulière que nous étudions et que nous vivons.

Il est question dans le chapitre 38 e du livre d’Ezéchiel au verset 8 par exemple : « du peuple rassemblé d’entre plusieurs peuples…, des montagnes d’Israël longtemps désertes et qui sont donc repeuplées

Ce qui nous permet de conclure avec assurance que la renaissance du peuple d’Israël en 1948 ouvrait la perspective à l’accomplissement de cette prophétie ; mais ainsi que je le faisais remarquer il manque encore un élément important. On ne peut dire qu’Israël vive actuellement dans la paix, la tranquillité, la sécurité dont parle le Prophète lorsqu’il caractérise les circonstances de l’intervention de Gog à la fin du verset 8 et au verset 11 : « Ils seront tous en sécurité dans leurs demeures ».

« Je monterai contre un pays ouvert, je fondrai sur des hommes tranquilles, en sécurité dans leurs demeures, tous dans des habitations sans murailles, et n’ayant ni verrous ni portes ».

Ceci prouve que cette scène se placera à un moment où Israël se croira vraiment en paix et même en pleine sécurité désarmant jus- qu’à un certain point…

  1. Jean-Marc THOBOIS.

Par contre, on voit déjà apparaître et se mettre en place le deuxième bloc cité par Ezéchiel, sinon dans son ensemble, du moins dans ses éléments essentiels : il s’agit des marchands de Tarsis, du verset 16, et de tous leurs lionceaux et de leurs alliés, Seba et Dedan. La localisation exacte de Tarsis est difficile. Tarsis est un mot qui signifie

« Fonderie tandis que les vaisseaux de Tarsis sont les plus gros navires de l’époque. Il s’agit donc de puissances maritimes industrielles et commerciales caractérisées par une avidité insatiable (les lionceaux). Le ton qu’ils emploient au verset 13 indique nettement qu’ils ont des intérêts, oh combien importants dans la région, qu’ils estiment être menacés par l’intervention de Gog, d’où leur opposition. Comment ne pas voir, dans cette coalition, un groupe de puissances capitalistes. Il faut remarquer que déjà, à l’époque biblique le terme Tarsis n’indiquait pas un endroit géographique précis, mais tous les pays lointains qui se livraient au commerce essentiellement maritime.

  1. Yvon CHARLES.

La différence entre cette guerre que l’on peut appeler la guerre de Gog, et la récente guerre du Kippour, est donc essentielle : l’affrontement entre d’une part, Gog et Israël, et d’autre part entre deux blocs, n’a pas eu lieu.

Cependant on peut conclure que la guerre du Kippour est, quant à son déroulement, annonciatrice de la guerre de Gog

  1. Jean-Marc THOBOIS.

La guerre de Gog se présente ainsi dans les grandes lignes l’attaque des puissances du Nord menace les intérêts de la coalition occidentale et amène une réplique de cette dernière selon les expresSions employées au verset 20, « toutes murailles tomberont par terre ». La mention du feu et du soufre qui s’abat sur Magog dans le chapitre 39 au verset 6 indique une guerre atomique. Mais la catastrophe n’est pas limitée simplement à Magog qui réplique, le feu dévaste ceux qui habitent en sécurité les « Iles ». Les îles sont les territoires de l’Ouest par rapport à Israël représentés surtout par les îles de l’Egée, par les côtes de la Grèce, et par extension tout le monde occidental. Nous avons donc là semble-t-il, la description d’une guerre atomique entre deux blocs, dans laquelle le groupe occidental prend l’initiative.

Gog a, en même temps à faire front à d’autres problèmes de mutinerie parmi ses troupes, chapitre 38 verset 21, si bien que pour lui l’expédition se termine en déroute complète. Toutes les nations reconnaissent alors que l’Eternel est intervenu en faveur de son PeuPle, les Juifs qui restent parmi les Nations reviennent en Israël, chapitre 39 verset 28, et une phase nouvelle commence dans l’histoire de l’humanité.

  1. Clément LE COSSEC.

    Nos études des prophéties se font dans la perspective du retour prochain de Jésus-Christ et, tout fait nouveau éveille en nous la pensée que ce retour est de plus en plus proche.

    En suivant les événements de notre siècle nous sommes frappés par leur escalade tant en ce qui concerne ce qui se rapporte à ISRAEL qu’en ce qui touche aux Nations.

    C’est ainsi que lors de la première guerre mondiale il y a eu en 1917 la « Déclaration BALFOUR » favorisant l’installation du peuple juif dans le Pays Promis.

    Les Juifs avaient un « FOYER ».

    A la suite de la seconde guerre mondiale les Juifs sont rentrés nombreux en ISRAEL, plus de trois millions à ce jour. En 1947 ils étaient environ six cent mille sur cette terre d’ISRAEL quand éclata le premier conflit avec leurs voisins

     Il naquit alors « l’Etat d’ISRAEL

    Depuis la Guerre des Six Jours les Juifs ont eu « Jérusalem réunifiée pour CAPITALE ».

    La guerre du Kippour a remis en question à Genève la sécurité d’ISRAEL.

    En ce qui concerne les Nations il est à noter que la présence des grandes puissances aux alentours d’Israël s’est implantée de plus en plus au point que la sixième flotte américaine est venue jusqu’aux rivages d’Israël avec ses sous-marifis atomiques et que les techniciens russes sont venus installer des fusées sur le sol égyptien.

La question qui se pose est de savoir si une autre escalade peut encore avoir lieu avant la ruine soudaine des Nations et l’apparition de Jésus-Christ.

Si l’on tient compte de la puissance de destruction des Russes et des Américains on peut imaginer leur affrontement comme pouvant entraîner une catastrophe mondiale.

Toutefois il semblerait que l’escalade ne soit pas achevée.

  1. Yvon CHARLES.

Comme nous l’avons déjà souligné à la lumière des récents événements, bien des prophéties s’éclairent…

Ceci paraît presque être une constante ; dans l’histoire religieuse en effet, nombre d’interprétations prophétiques se sont révélées en partie ou en totalité fausses lorsque les événements sont survenus. Il suffit de citer peut-être la plus grande : l’erreur de Juifs religieux en ce qui concerne la venue du Messie souffrant, Jésus.

De même bien des interprétations traditionnelles sont maintenant à revoir. Lorsque l’on compare les textes relatifs à la guerre de Gog à ceux qui concernent la guerre d’Harmaguédon, il apparaît nettement que dans l’une des descriptions il est question, comme nous l’avons souligné, d’Israël et de deux blocs antagonistes, et dans l’autre, de toutes les Nations contre Israël.

On peut donc conclure qu’il s’agit de deux événements différents que peut séparer une période plus ou moins longue, difficile à évaluer.

  1. Jean-Marc THOBOIS.

Il en est de même de la tribulation. Peut-être la réduit-on beaucoup trop dans le temps et qu’au lieu d’y voir une période de deux fois trois ans et demi, il faut y voir une longue période qui englobe toute l’histoire de l’Eglise, au cours de laquelle l’esprit de l’antichrist est à l’œuvre selon ce que nous dit Jean dans sa première épître au chapitre 2 verset 18 à 23.

La Porte dorée à Jérusalem
  1. Clément LE COSSEC.

En ce qui concerne l’antichrist et le temple, il semble impossible qu’un antichrist puisse construire le « Temple de Dieu ».

Comment peut-on concevoir la construction d’un tel édifice par celui qui s’oppose à tout ce qui s’appelle Dieu. D’autre part il est

difficile de concevoir actuellement la construction du Temple à l’emplacement de celui qui fut détruit en 70 par les Romains car, à cet endroit il y a des mosquées arabes. Il faudrait une sorte de cataclysme bouleversant cette région pour que l’endroit soit considéré comme pur par les Juifs.

  1. Yvon CHARLES.

Ne pensez-vous pas que les mosquées pourraient être détruites non seulement par des cataclysmes naturels, mais même par une guerre, ou par des débordements de fanatisme religieux, bien que cela semble difficilement envisageable en fonction de la Loi Juive…

  1. Jean-Marc THOBOIS.

En effet il faut que cet endroit soit purifié par Dieu lui-même, d’après la Loi Juive. Il faut également que l’on retrouve la généalogie des sacrificateurs pour savoir qui est descendant d’Aaron et qui doit

exercer les fonctions de grand Prêtre, ce qui dans l’état actuel des choses est quasi impossible. Si donc le temple ne doit pas être reconstruit littéralement, comment faut-il comprendre le texte auquel vous avez fait allusion ?

  1. Yvon CHARLES.

Lorsque l’on considèle le fait biblique annonçant que toutes les Nations monteront contre Israël, cela implique une unité de commandement et vraisemblablement d’intérêt.

Une reconstruction du temple de Jérusalem
Une reconstruction du temple de Jérusalem

Ne peut-on pas alors concevoir pour ces temps à venir, après que toutes les données actuelles ou presque aient été bouleversées, que les hommes dans leur désir de bannir la guerre dont ils auront si cruellement connu les dramatiques effets, n’en arrivent à créer une sorte de confédération mondiale avec l’institution de lois militaires, économiques, sociales, démographiques, etc… dans l’espoir d’arri- ver à l’âge d’or ?

Toutes les conditions seraient alors réunies pour que cet esprit de l’antichrist qui se manifeste depuis les temps anciens et qui s’est concrétisé localement plus d’une fois dans l’histoire atteigne son paroxysme au travers d’un homme qui lui serait entièrement dévoué,

  1. Jean-Marc THOBOIS.

Ceci est confirmé par deux textes qu’il faut mettre en parallèle ; en premier lieu avec Matthieu chapitre 24 verset 12 Segond traduit : « l’iniquité se sera accrue » et nous trouvons le terme grec Anomos qui signifie « sans loi » et, en second lieu le texte de 2 Thessalonnissiens chapitre 2 verset 8 où il est question littéralement de la révélation de celui qui est sans loi : Anomos. Il y a donc un parallèle entre l’accroissement de l’iniquité et l’apparition de celui que Paul appelle « l’homme de péché ».

  1. Yvon CHARLES.

II est indéniable que dans ces temps de la fin une véritable conquête des esprits est entreprise par Satan, de multiples formes de séduction sont employées allant de pair avec un véritable conditionnement. L’accroissement de l’iniquité, la subtilité de ces séductions amènent, et cela est dramatique, le plus grand nombre à abandonner l’authentique foi que caractérise ici le mot « Charité », du grec Agapé. Ceci ne veut pas dire qu’ils ne garderont pas quelques apparences de la foi mais pour le Christ ils seront refroidis. Toutefois la conclusion apporte quelque réconfort : malgré les pressions, il est possible de résister et de persévérer jusqu’à la fin.

  1. Clément LE COSSEC.

S’il est vrai que l’Ecriture Sainte nous montre qu’à la fin des temps la charité du plus grand nombre se refroidira, il est également vrai que l’Ecriture nous annonce une grande effusion du Saint-Esprit à cette même époque. Le Prophète Joël a prophétisé à ce sujet. L’Apôtre Pierre _le jour de l.a Pentecôte a rappelé cette prophétie comme s’étant accomplie ce jour-là. Toutefois cette effusion ne s’est pas limitée au début de l’Eglise, le Prophète ayant précisé que Dieu enverra la pluie de la première et dc l’arrière-saison. Or. nous observons actuellement dans le monde une puissante action du SaintEsprit,’ un grand mouvement charismatique qui va sans cesse croissant en divers pays ct dans diverses dénominations religieuses. Nous sommes arrivés à la fin des temps, à l’arrière-saison, et Dieu envoie son Esprit sur ses enfants qui constituent son Eglise.

Ne serait-ce pas le signe de la proximité de _l’enlèvement

Nous ne savons ni le jour, ni l’heure de cet enlèvement mais la recommandation de Jésus-Christ : « Tenez-vous prêts doit être rappelée plus que jamais à l’Eglise face à cette « marée d’iniquité » qui monte, les événements nous confirment que la Bible dit vrai et que la venue de Jésus-Christ, le Maître est proche.

  1. Jean-Marc THOBOIS.

_Nous assistons depuis quelques années à unc accélération rapide de Phistoire et ce, dans tous les domaines.

En ce qui concerne Israël, nous l’avions déjà nettement pressenti lors de notre dernier voya.gc en septembre 1971. Le précédent date de 1969 et en l’espace de deux ans nous avons été stupéfaits de constater le développement économique extraordinaire du pays et cela malgré le fardeau de la guerre auquel Israël était obligé de consacrer une partie importante de son budget.

Nous ne pouvons pas nous empêcher de penser au « boum » éconoque que, pourrait connaître Israël si la paix s’installait vraiment à ses frontières et s’il pouvait consacrer toutes ses forces au dévelop

pement du pays. Cela nous permettrait déjà d’entrevoir comment pourraient se réaliser les prophéties relatives à la convoitise suscitée par Israël à l’endroit des autres peuples et provoquant leur intervention armée.

  1. Yvon CHARLES.

Cette perspective est en effet très envisageable. Cependant il semble que pour qu’Israël devienne réellement un pays qui puisse éveiller la convoitise de grandes puissances, mise à part sa position stratégique qui peut intéresser, il faille s’attendre à des découvertes de mises en valeur aujourd’hui difficiles à discerner mais qui interviendront dans la suite des temps.

Il reste encore il, est vrai bien des millions de Juifs dans la diaspora dont près de six millions aux U.S.A. et trois millions en U.R.S.S.

Le retour de nombre d’entre eux doit aller de pair avec l’expansion rapide de l’économie israëlienne.

Lorsque nous nous étions entretenus avec le président BEN GOURION il nous avait parlé de la mise en valeur du désert de Néguev et de la possibilité d’y accueillir trois millions de Juifs.

Mais, doit-on s’étonner lorsque l’on parle d’Israël ?

La marche de ce peuple depuis la lointaine Egypte n’a-t-elle pas été marquée par tant de miracles ?

Et ce qu’Israël a vécu en notre génération ne nous permet pas de douter de l’avenir.

  1. Clément LE COSSEC.

L’heure viendra où Jérusalem sera à nouveau au premier plan de l’actualité.

Jérusalem Nouvelle et Vieille Ville est comme le dit le psaume 122 « une ville dont les parties sont liées ensemble

 

Le Président Ben Gourion nous dit qu’il ne pouvait plus être question pour Israël d’abandonner Jérusalem : « avant la Guerre des Six Jours la majorité des Juifs aurait accepté à regret, l’internationalisation de Jérusalem, mais ils l’auraient quand même acceptée.

Maintenant Jérusalem est entre nos mains. Nous voulons qu’elle nous reste… »

Le Maire de Jérusalem nous fit remarquer qu’il n’y avait plus de Nouvelle et de Vieille Ville mais « Jérusalem » tout simplement. Aujourd’hui de grands travaux sont entrepris à l’intérieur des murs de Jérusalem. A proximité du Mur des lamentations on construit des édifices religieux juifs, tandis qu’à l’extérieur, à l’ouest du Mont Scopus s’élèvent de nouveaux immeubles.

Israël s’installe à Jérusalem de façon définitive.

Jésus-Christ avait prophétisé : « Jérusalem sera foulée aux pieds par les Nations » jusqu’à ce que le temps des Nations soit accompli. Ce temps des Nations à Jérusalem, ce temps de domination sur Jérusalem est achevé. Maintenant nous sommes entrés dans le temps des Nations « contre » Jérusalem.

Il sera intéressant d’observer quelle sera dans les jours qui viennent l’attitude des Nations vis-à-vis de Jérusalem.

  1. Jean-Marc THOBOIS.

La Bible • nous annonce que dans les derniers temps Jérusalem deviendra une pierre pesante pour les Nations (Zacharie chapitre 12 verset 3) et qu’elles se rassembleront toutes contre elle (Joël chapitre 3 verset 2, Zacharie chapitre 12 verset 9, Zacharie chapitre 14 verset 2, Zacharie chapitre 14 verset 12).

Il est intéressant de remarquer que les peuples voisins d’Israël sont les premiers à être concernés et à ressentir Jérusalem comme pierre pesante ; toutes les autres Nations participent également à la guerre, alors que dans la guerre de Gog elles restent neutres et spectatrices, et constatent que l’Eternel a été glorifié au travers de la guerre. de Gog ; d’ailleurs deux mots hébreux sont employés. Lorsqu’il est

question des Nations qui participent à la guerre, le mot « Am » est employé, qui signifie : « peuple connu » et, lorsqu’il s’agit des Nations qui restent en dehors du conflit, le Prophète emploie le mot « Goy » signifiant « peuple étranger ».

On retrouve ces deux mots dans les chapitres 12 et 14 de Zacharie mais, cette fois-ci les peuples désignés sous le terme « Am », tout comme ceux que le Prophète appelle « Goy » participent à la guerre.

  1. Yvon CHARLES.

Nous sommes bien loin d’avoir épisé le sujet… Cependant, je crois qu’il était intéressant de nous entretenir de ces questions à la lumière des derniers évènements.

Certes les signes ne sont pas l’essentiel, Jésus-Christ, lorsqu’il souligne les caractéristiques des temps de la fin, insiste sur la nécessité de se tenir prêt ; mais Il répond cependant à l’interrogation de ses disciples, afin dit-ll qu’ils ne soient pas troublés, ni surpris.

Nous voulons donc demeurer attentifs, et fondés sur la révélation de la Parole de Dieu, suivre attentivement les déroulements futurs de l’actualité mondiale, ct notamment d’Israël, sachant que le retour du Seigneur est proche.

FIN DE L’ENQUÊTE SPÉCIALE

La Guerre de Kippour

1 thought on “Notre Enquête Spéciale Kippour

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :