La Guerre de Kippour

Notre Enquête Spéciale

Le destin de Gog a été scellé !

la guerre de kippour

Dans la tradition religieuse juive, le jour du Kippour a une signification toute particulière. Jour du grand pardon, il est aussi celui où les destins se scellent.

6 octobre 1973 ! Plus que les autres, ce jour du Kippour restera marqué dans les mémoires. Les évènements qui s’y sont déroulés ont une résonance prophétique…

Examinons les faits saillants de cette journée et leurs conséquences dans les jours qui ont suivi.

UNE LEÇON D’HUMILITÉ

L’armée israélienne occupe dans le cceur des habitants d’Israël une place prépondérante. Le courage de ses hommes, condamnés à combattre le dos à la mer, à un contre douze, a conquis la reconnaissance de tous les cœurs, et, au-delà d’Israël, a forcé l’admiration du monde. Mais le jugement des hommes est rarement équilibré, et bientôt, cette armée parut être invincible, constituée de héros, presque de « demi-dieux TSAHAL, comme on l’appelle en Israël, était devenu le symbole de la sécurité du pays, le rocher du peuple…

Le premier point à considérer dans notre analyse du jour du Kippour est l’élément de surprise.

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’armée israélienne, si renommée pour la qualité de ses services de renseignements, pour sa rapidité à assimiler toutes les informations et les situations, à anticiper sur les actions de l’ennemi, a été surprise, déconcertée, bousculée, en grave danger.

Pris par surprise

Alors que les responsables d’Israël tardaient à prendre des décisions de mobilisation des réserves, discutant, ne croyant pas vraiment à la guerre totale, acceptant finalement la moitié des demandes du chef d’état-major, une formidable armada de chars syriens et égyptiens se préparait à passer à l’action. Soudain la multitude attaqua… En quelque temps les lignes israéliennes furent enfoncées, seuls des îlots de défense demeuraient au milieu du flot des blindés.

Le canal de Suez fut traversé par deux divisions… Le plateau du Golan quasi conquis, les Israéliens s’accrochaient désespérément sur le versant de la vallée du Houleh… Une colonne blindée syrienne parvint à un kilomètre du pont BNOT YAAKOV sur le Jourdain

Pendant ce temps à l’arrière comme une immense fourmilière, l’armée des réservistes et toute la population se mettaient en mouvement. On était alors au bord de la catastrophe : les lignes de cessez-le-feu, ses fortifications, étaient enfoncées, l’armée d’appelés était pratiquement mise hors de combat !

LE TRAUMATISME DE LA POPULATION

La surprise de la population civile fut encore plus grande que celle des militaires,

moshé dayan
Le Ministre de la défense : Moshé DAYAN

Sécurisés par une excessive confiance en ses armements et en ses hommes, absorbés par le désir de prospérité économique, les Israéliens des villes et des campagnes connurent un réveil brutal.

— Un fait est particulièrement significatif, et souligne ce sentiment de sécurité : alors qu’au début de la guerre, l’alerte fut donnée à Tel Aviv, seulement quelques-uns descendaient dans les abris. Au même moment une fusée égyptienne transportant près d’une tonne d’explosif amorçait sa descente vers Tel Aviv…

Seuls le courage et la rapidité de deux pilotes israéliens a permis d’éviter le pire.

— La surprise d’Israël fut donc l’un des faits marquants de cette guerre.

Rapidement, il est apparu que les peuples d’alentour, Egypte, Syrie, Irak, Jordanie, Lybie, etc… étaient soutenus par d’autres peuples, et qu’ainsi donc une formidable coalition s’était formée.

Bientôt l’évidence se fit jour : la tête de la coalition n’était pas l’Egypte, ni la Syrie, mais bien le grand peuple du Nord, I’U.R.S.S.

AU BORD DU GOUFFRE NUCLÉAIRE

Dans les jours suivants, une scène étrange et redoutable eut lieu. Un terrible dialogue, terrible par ses conséquences possibles, s’engagea.

— Le grand allié du Septentrion, voyant les armées égyptienne, syrienne, irakienne, jordanienne, en difficulté, malgré le colossal soutien d’armement qu’il leur prodiguait, se fâcha et décida d’intervenir.

— Une véritable armée d’intervention russe fut rapidement mise sur pied… Les événements se précipitaient quand, l’autre puissance mondiale, les ETATS-UNIS, lança de solennels avertissements, allant jusqu’à la mise en alerte nucléaire de ses armées. Pendant un moment le monde entier trembla. Chacun retint son souffle…

Puis le dialogue entre les grands, le sursaut victorieux de l’are mée d’Israël, entraînèrent la fin de l’alerte…

De nouvelles perspectives furent alors ouvertes. Au jour du Kippour écrivions-nous, le destin se scelle.

Or en ce jour du Kippour, 6 octobre 1973, les dispositions des cœurs furent dévoilées, et leurs motivations scellées.

la guerre de kippour

A L’HORIZON SE PROFILENT LES PROPHÉTIES D’ÉZÉCHIEL 38

Pour mieux le comprendre, étudions les paroles inspirées du prophète ÉZÉCHIEL, dans tes chapitres 37, 38, et 39, de son livre.

la guerre de kippour

 Le chapitre 37 parle de l’extraordinaire résurrection du peuple, et de son retour au pays promis.

 Les chapitres 38 et 39 décrivent avec précision les événements qui prennent place après ce retour, et dans une époque définie comme celle des temps de la fin, des derniers jours.

On y remarque :

— A propos de l’époque : versets 8 et 16 : « A la fin des temps (citation de la version Synodale, la version Segond étant trop imprécise dans ce passage).

— L’état de relâchement total de la vigilance d’Israël ; son sentiment de sécurité.

Versets 8-11 et 12-14.

—- Sa recherche de prospérité économique, allant de pair avec cette aspiration à oublier les souffrances du passé. Versets 12 et 13.

— L’état de paix, qui s’est instauré après le retour du peuple et de la remise en état du sol. Verset 8.

—a La coalition des peuples d’alentour avec ceux du Nord. A la tête de la coalition : Gog. Versets 2-3-4-5-6.

— L’attaque surprise. Verset 11.

— L’interpellation de l’autre bloc armé.

Verset 13.

— Cette fois Gog passe outre.

Versets 18 à 20.

—- La guerre en Israël : Verset 18, et les événements qu’elle entraîne, mutinerie, et surtout le feu dans Magog, puis dans les îles.

Comme pour cette guerre du Kippour où le président Nixon a surpris I’U.R.S.S. par la mise en état d’alerte atomique de ses troupes, il apparaît nettement que le bloc opposé Gog devance son adversaire (verset 6 du chaptre 39).

la guerre de kippour
(1) Cette énumération quelque peu schématique appelle des commentaires. Dans les pages suivantes, plusieurs pasteurs font part de leurs réflexions.

La signification du grand pardon Kippour

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :