L’ÉVANGILE ET LE JUDAÏSME

Pasteur René Zanellato

René Zanellato
Traduire

L’ÉVANGILE ET LE JUDAÏSME

Cette réflexion concernant le salut des Juifs s’est avérée nécessaire face à des dérives et des enseignements erronés.

Certains, allant jusqu’à prétendre que les Juifs, par leur piété et l’observance de la loi et des traditions, n’ont pas besoin aujourd’hui de Jésus pour être sauvés. 

Il s’agit aussi de dénoncer les dérapages et dérives concernant l’attitude de certains chrétiens et pasteurs qui « judaïsent » et tombent dans des travers qui les éloignent des fondements bibliques enseignés par Jésus et les Apôtres dans la Parole de Dieu. 

L’engouement de certains chrétiens pour Israël emmènent des dérives dangereuses ; certains tombant dans la superstition et l’idolâtrie, ramenant des cailloux et branches d’oliviers comme des objets de piété, introduisant dans nos églises kippa et châles de prières ou des Shofars, certains se faisant rebaptiser dans le Jourdain, d’autres déposant dans les interstices du mur des lamentations des requêtes pour toute leurs familles.

Ils oublient que si nous avons à adresser des prières c’est au Père au nom de Christ, et que nous devons adorer le Père en Esprit et en vérité. Jean 16 v 23 et 26

 

A / L’élection et la vocation d’Israël  « Eklektos »

Dieu s’adresse a Abraham et lui fait une promesse :

Genèse 12 v 1 – 3 et 17 v 9 ;  22 v 18 : « Je ferais de toi une grande nation, et je te bénirais…

Et toutes les familles de la terre seront bénis en toi » un choix et une vocation. Choisis pour bénir et faire connaitre l’Eternel.

Il est indéniable que le peuple d’Israël est un peuple « élus » en la promesse faite à Abraham.

Le terme « élu » n’a nullement le sens de supériorité mais celui d’un choix déterminé pour une vocation déterminée.  

La vocation d’Israël était de faire connaitre le seul et vrai DIEU, l’Éternel. La foi Monothéiste en un Dieu unique. L’élection ne garantit pas le salut. Ceux qui tombèrent dans le désert, comme le rappelle Paul, dans son épitre, 1 Corinthiens 10 v 5, et ceux des rois et du peuple d’Israël et de Judas, qui tombèrent dans l’idolâtrie, la désobéissance et la perversion, comme le relate les livres des rois et des chroniques, faisaient aussi parti des élus.

C’est pourquoi Paul dit « Que tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël » Rom 9 v6

Si l’élection garantissait le salut pourquoi l’apôtre Paul, conscient de la situation de perdition de son peuple, intercédait « pour en sauver toutefois quelques-uns » Romains 10 v 1   

Comme le rappelle Paul dans 2 Corinthiens 3 v 14 a 16, « ils sont devenus dur d’entendement. Car jusqu’à ce jour le voile demeure quand ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparait. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moise, un voile est jeté sur leur cœur, mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté »

Il est incontestable qu’Israël a failli à sa vocation.

Les juifs revendiquent leur élection et leur paternité avec Abraham et en Dieu, mais Jésus les reprend avec sévérité : Jean 8 v 39 à 47 « notre père c’est Abraham…Nous me sommes pas des enfants illégitimes, nous avons un seul Père c’est Dieu » jésus leur dit «  si Dieu était votre Père vous m’aimeriez…vous avez pour Père le diable…celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu, vous n’écoutez pas parce que vous n’êtes pas de Dieu»  

Concernant les pieux et les fidèles de l’ancienne alliance l’auteur aux Hébreux dit : « c’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont saluées de loin…» Hébreux 11 v 13

Paul reste l’intercesseur pour son peuple et «supporte tout à cause des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle » 2 Timothée 2 v 10, c’est que Paul est conscient que son peuple est perdu. 

Pour Paul « tout Israël n’est pas Israël », mais il y a une élection selon la Foi d’Abraham.

B / Jésus annonce la bonne nouvelle aux Juifs en priorité 

Dans les évangiles, Jésus s’adresse aux juifs. 

Mathieu 15 v 24 : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël »

Jean 1 v 11 : « Il est venu chez les siens »  (le peuple Juif).

Mathieu 10 v 6 : La mission de Jésus à ses disciples : « Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël »

Mathieu 9 v 36 : Jésus fut ému de compassion pour la foule, parce qu’elle était comme des brebis qui n’ont point de berger

Jésus tiendrait aujourd’hui le même langage à l’égard des Nicodèmes, ou à l’égard des « sépulcres blanchis », des Pharisiens ou des grands prêtres. Il les exhorterait à se repentir et à porter du fruit digne de la repentance. Aujourd’hui, Pierre aurait certainement le même discours pour les juifs pieux et pour les autres, comme il le fit le jour de la Pentecôte. Actes 2 v 5 et 38

C / Le message de repentance pour les Juifs

– Comme Jean Le Baptiste, Jésus prêche la repentance au peuple Juif

Mathieu 4 v 17 : « Dés ce moment, Jésus commença à prêcher et à dire : repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche »

D / Les juifs pieux du Nouveau Testament et leur attitude face à Jésus

« La piété est une vertu qui dispose à rendre à Dieu l’honneur qui lui est dû par des actes extérieurs et religieux » (définition du dictionnaire)

La piété des Juifs était-elle suffisante pour obtenir le salut ? Ou doivent-ils reconnaitre Jésus comme le Messie ?

Luc 2 v 25 : Siméon, « un homme juste et pieux, qui attendait la consolation d’Israël, reconnait en l’enfant Jésus le sauveur »
Luc 2 v 36 et 37 : Anne la prophétesse, « elle servait Dieu et parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance d’Israël »
Jean 1 v 47 Nathanaël, qualifié par Jésus « d’Israelite, dans lequel il n’y a point de fraude », Il confesse et reconnait que « Jésus est Rabbi, Fils de Dieu, Roi d’Israël ». Il deviendra un disciple de Jésus que l’on retrouvera dans Jean 21 v 2, puis sous le nom de  Barthelemy dans Actes 1 v 13

Jean 3 v 3 et 5 : Pour voir et entrer dans le royaume des cieux, Jésus donne la marche à suivre au Juif

Nicodème, homme qui  craignait Dieu : « Il faut naître de nouveau, naître d’eau et d’Esprit » Au verset 16,  Il englobera Juifs et gentils (non-Juifs) dans le « quiconque croira ». 

E / Les affirmations de Jésus lui-même aux juifs

Jésus affirme aux Juifs qu’il est le seul moyen de salut et le seul chemin pour aller au père.

Jean 10 v 7,9 : « Je suis la porte des brebis, si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé »

Jean 10 v 11 : « Je suis le bon berger »

Jean 10 v 16 : Il y a les brebis d’Israël et d’autres brebis : les gentils et  « Il y aura un seul troupeau »

Jean 6 v 44 : « Nul ne peut venir à moi si le Père ne l’attire »

Jean 14 v 6 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; nul ne vient au Père que par Moi » 

Devant ces affirmations et textes biblique, on ne peut que constater, qu’il ne suffit pas pour un Juif d’être pieux et juste pour être sauvé, mais qu’il doit accepter et reconnaitre Jésus comme le Messie.

F / Les affirmations des Apôtres

Les Apôtres agissent comme leur Maître et prêchent la repentance à leur peuple.
Actes 2 v 5 : Le jour de la Pentecôte Pierre prêche la repentance « à Jérusalem, à des Juifs, hommes  pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel ». 3000 d’entre eux se convertissent et deviennent les premiers juifs-messianiques, leur nombre s’élèvera à 5000 : Actes 4 v 4

Il termine sa prédication en invitant les Juifs à reconnaitre Jésus comme le Christ : « Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié » Actes 2 v 36.

Pierre s’adresse aux Juifs « repentez vous et convertissez vous pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraichissement viennent de la part du Seigneur et qu’il envois celui qui vous a été destiné Jésus Christ » Actes 3 v 19  

Dans Actes 4 v 12 : Pierre s’adressant à nouveau aux Juifs leur dit « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés sinon celui de Jésus » 

Actes 5 v 30 : Pierre s’adresse aux Juifs : « Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué en le pendant au bois. Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés » 

Actes 15 v 11 : Lors du concile de Jérusalem, Pierre affirme  aux Juifs présents « C’est par la Grâce du Seigneur que nous sommes sauvés, de la même manière qu’eux (les païens) »

1 Timothée 2 v 5 : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés (Juifs et non-Juifs) …Un seul médiateur Jésus Christ homme, qui s’est donné en rançon pour tous (Juifs et non-Juifs) »

Pour qu’un Juif accède au salut il n’y a pas d’autre alternative que celle d’accepter Jésus comme « Messie et Seigneur »
Paul aux Juifs d’Antioche prêche le salut en Jésus et affirme : « Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé, et que quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez pas être justifié par la loi de Moïse » Actes 13 v 38-39  

– Depuis la nouvelle alliance en Christ, la piété et l’observance de la loi et des traditions ne peuvent, d’aucune manière, amener un Juif au salut. C’est ce qu’affirment  l’Evangile et les écrits de Paul. 

G / Paul avait-il besoin de se convertir ? 

Si la piété et l’irréprochabilité avaient été un moyen de salut, Paul n’avait pas besoin de se convertir à Jésus. Il est l’exemple même d’un Juif qui vivait son Judaïsme avec piété et zèle et pourtant après avoir rencontré Christ, il reconnait lui-même que toute sa piété n’était que de la balayure comparé à l’excellence de la connaissance de Christ  

Philippiens 3 v 4, 9 : Paul fait étalage de ses qualités de Juif pieux, « circoncis, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux, pharisien, zélé, irréprochable à l’égard de la justice de la loi », mais il regarde toutes ces choses comme une perte, à cause de Christ…  

Ses qualités et son zèle dans le Judaïsme ne l’ont en rien justifié et ce n’est qu’après sa conversion que Paul fera la découverte de toute la dimension de la Grâce de Dieu qui lui était offerte par la foi en son fils Jésus Christ.

H / Dieu, dans sa sagesse, offre le salut à tous les hommes, Juifs et nonJuifs, sans distinction.  L’olivier franc et l’olivier sauvage

Dans Romains 11 v 17, l’olivier franc représente Israël (Jérémie 11 v 16). Des branches ont été retranchées de l’olivier franc ; elles représentent les Israelites qui ont rejeté l’Evangile et le Messie envoyé par Dieu. Des branches provenant d’un olivier sauvage, ont été greffées sur l’olivier franc Israël, elles représentent les non Juifs qui se sont convertis à Jésus.

Ainsi, le peuple de Dieu est constitué aujourd’hui des Israélites qui ont la foi en Jésus et des non Juifs qui ont aussi la foi en Jésus.

– Ceux qui sont en Christ, Juifs et non Juifs, sont égaux par la foi et forment l’Église.

Romains 10 v 12 : « Il n’y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent »  

Est-ce que cette situation de rejet des branches de l’olivier franc est définitive ?

Romains 11 v 23 : « Eux (les Juifs) de même, s’ils ne persistent pas dans l’incrédulité, ils seront greffés ; car Dieu est puissant pour les greffer à nouveau… »  

Dans Romains 11 v 11 à 15 : Paul affirme que beaucoup d’Israélites ont « trébuchés, bronchés» (eptaio), en ce qu’ils n’ont pas répondu à la foi en Christ et à l’Evangile et par cela sont passés à coté du salut. Mais Paul rejette l’idée d’une situation définitive. S’ils ont trébuché ce n’est pas pour tomber définitivement. « Leur chute a été la richesse des païens, combien plus en sera-t-il quand ils se convertiront tous …

Car si leur mise à l’écart ou leur rejet, à été la réconciliation du monde, que sera leur réintégration, sinon le passage de la mort à la vie». A leur conversion, ils seront greffés à nouveau sur l’olivier franc, car Dieu en a le pouvoir.

Aux versets 25 et 26 Paul rappelle « qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à que la totalité des païens soit entrée » et que, dans l’avenir « tout Israël sera sauvé » Il s’agit bien de l’ensemble d’Israël qui croira aux derniers jours et par conséquent sera sauve, ceux qui seront restes vivant lors du retour en gloire du Seigneur et non pas de ceux qui sont mort en persistant dans leur incrédulité.

Au verset 25, dans l’expression « la totalité, plénitude (Plirôma) des païens» il faut comprendre, non pas « tous les païens », mais tous ceux qui acceptent la Grâce par la foi. De même au verset 26 l’expression « ainsi tout (Pass)  Israël sera sauvé » a le même sens, signifiant tous les Juifs qui auront accepté et reconnu ou reconnaitront le Christ comme le Messie, ceux qui seront restés vivant a son retour en gloire. 

En effet, les Juifs alors se convertiront. Dans Mathieu 23 v 39 Jésus s’adresse aux Juifs et leur dit :   «  Vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez: bénis soit celui qui vient au nom du Seigneur » Zacharie 12 v 10 et 13 v 6.

La présence de Paul et des autre Juifs dans l’Eglise, qui sont physiquement issus d’Abraham, sont les preuves que Dieu n’en a pas fini avec Israël.

I / Juifs et païens réunis en Christ

Caïphe, le souverain sacrificateur, dans Jean 11 v 50, prophétise en disant « qu’il était dans l’intérêt de tous qu’un seul homme meure (Jésus) pour le peuple et que la nation entière ne périsse pas » et que ce n’était pas pour la nation seulement mais aussi « afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu (Juifs et païens) dispersés » Jean 11 v 52

Paul le confirme dans sa lettre aux Ephésiens 3 v 6 « Ce mystère c’est que les païens sont cohéritiers, forment un seul corps et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile»

Dans la même Epitre, Ephésiens 2 v 14-18, il rappelle que « Christ est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un et qu’il a renversé le mur de séparation ayant anéanti par sa chair la loi et les ordonnances afin de créer en Lui-même avec les deux (Juifs et païens) un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié.

Il est venu annoncer la paix à ceux qui étaient loin et à ceux qui étaient près ; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit » 

Paul se réjouit de la conversion des païens mais désire aussi celle de son peuple, au point d’être prêt à se sacrifier lui-même pour le salut de ses frères selon la chair. Romains 9 v 2-3 : « J’éprouve une grande tristesse, et j’ai dans le cœur un chagrin continuel. Car je voudrais moi-même être anathème (maudit) et séparé de Christ pour mes frères selon la chair et qui sont Israélites »
La prière de Paul exprime toute la compassion qu’il a pour son peuple « Frères, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour eux, c’est qu’ils soient sauvés » Romains 10 v 1 Ce qui signifie bien qu’en restant dans leur position ils sont perdus.

Dieu a-t-il rejeté son peuple? Non ! Il en a seulement exclu les Israélites incrédules. Mais si ceux-ci reviennent à Lui dans la foi, ils seront réintégrés et regreffés. Romains 11 v 1et 2.
Dans Romains 11 v 30-32 Paul souligne que : « De même que vous avez autrefois désobéi à Dieu et que par leur désobéissance vous avez maintenant obtenu miséricorde, de même ils ont maintenant désobéi, afin que, par la miséricorde qui vous a été faite, ils obtiennent miséricorde.

Car Dieu a renfermé tous les hommes (Juifs et Païens) dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous »
La grâce est pour tous les hommes sans exception, Juifs et non-Juifs, il n’y a pas de différence ou de prérogative concernant le salut, même si l’élection demeure en ce qui concerne Israël.

Romains 11 v 28 : « En ce qui concerne l’élection, ils sont aimés à cause de leurs pères»

J / Pourquoi certains voudraient-ils se mettre sous le joug du Judaïsme et de la loi, alors que nous en avons été affranchis en Christ ?

« Christ est la fin de la loi » cette affirmation de Paul dans Romains 10 v 4 rejoint ce qu’il dit dans Romains 3 v 20 « Nul ne sera justifié devant Lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché ». Au chapitre 3 v 22 Paul dit «Justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient (Juifs et païens) »

Il dira aussi aux Galates 3 v 11 « Que nul ne soit justifié par la loi cela est évident, puisqu’il est dit « le juste vivra par la foi » or la loi ne procède pas de la foi… »
Au v 23 Paul rappelle aux Galates : « Avant que la foi vienne, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée… » Au v 26 : «  il n’y a plus ni Juifs ni Grecs…car vous êtes un en Jésus Christ » au v 23 « Vous tous qui avez été baptisés vous avez revêtu Christ » 

Au V 28 « Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi. Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs ? Ne l’est-il pas aussi des païens ? Oui il l’est aussi des païens, puisqu’il y a un seul Dieu qui justifiera par la foi les circoncis et par la foi les incirconcis »  

Paul a repris Pierre pour son attitude équivoque et hypocrite. Il s’opposa à lui en lui reprochant de vouloir « forcer les païens à judaïser » Galates 2 v 14.
Paul, qui était Juif de naissance, affirme que « sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que nous sommes justifiés, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que personne ne sera justifié par les œuvres de la loi » Galates 2 v 15-16.

Jacques nous rappelle que « quiconque observe toute la loi mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous » Jacques 2 v10

Dans Galates 2 v 21, Paul nous rappelle ce qu’il enseigne, « je ne rejette pas la Grâce de Dieu, car si la justice s’obtient par la loi, Christ est mort en vain »

« Tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction… Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous… » Galates 3 v 10-13

On ne peut, sous prétexte d’aimer Israël, s’éloigner de ce qu’enseigne la Parole de Dieu et se laisser séduire et entrainer vers la loi au détriment de la Grâce et de l’œuvre accomplie par Christ qui nous affranchit de l’esclavage de la loi.

C’est ce que Paul reproche aux Galates « Etes-vous dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous finir par la chair ? Qui vous a fascinés (Grec : évaskenen : envouté) » Galates 3 v 1 à 3

K / Peut-on revenir à des pratiques du Judaïsme que les Apôtres condamnent ?

– Un chrétien peut-il se faire circoncire ?

Il nous suffit de lire les enseignements et mises en garde de Paul et des Apôtres pour comprendre le danger et la ruse que représentent certains enseignements d’aujourd’hui.

Comme du temps de Paul, certains veulent amener les chrétiens à un retour au Judaïsme  

« Je vous dis que si vous vous faites circoncire, Christ vous servira de rien. Et je l’affirme encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi entière. Et Paul affirme : Vous êtes séparés de Christ vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la Grâce » Galates 5 v 2 à 4

Faisant face aux Juifs et aux  Pharisiens, qui avaient cru et qui cependant voulaient obliger les païens à se faire circoncire, les Apôtres et les anciens se sont réunis et ont pris la décision de ne pas obliger les non-Juifs à judaïser «Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettent sur le cou des disciples (non-juifs) un joug que ni nos pères ni nous n’avons pu porter ? Mais c’est par la Grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés de la même manière qu’eux » Actes 15 v 10, 11

Colossiens 2 v 16, 17 Paul met en garde les fidèles sur les risques de dérapages de ceux qui voulaient mélanger la liberté en Christ et le joug des traditions et fêtes juives : « Que personne ne vous juge au sujet du manger et du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats. C’était l’ombre des choses à venir, mais le corps, la réalité, est en Christ »

Concernant le repos, l’auteur de l’épitre aux Hébreux 4 v 7, parle d’un autre jour  « Dieu fixe un nouveau  jour – aujourd’hui » 

 Le repos que Dieu nous offre en Christ n’est pas un jour de sabbat (le 7ème jour) mais un repos dans lequel nous entrons. Hébreux 4 v3, nous fait cette promesse « Pour nous qui avons cru nous entrons dans le repos » 

Pourquoi certains chrétiens pratiquent-ils les fêtes et traditions juives, Bar-mitsva, Mézouzah,

Hanouka,  fête des cabanes etc… comme s’ils étaient eux-mêmes des Juifs ? 

Un chrétien né de nouveau, ayant expérimenté Christ dans sa vie, ayant reçu le Saint Esprit, peut-il revenir en arrière et se mettre sous la loi et considérer le Sabbat comme une exigence du Nouveau Testament ? D’autres vont-ils jusqu’à refuser de partager la Sainte Cène telle qu’elle est pratiquée dans nos Eglises et préférant partager le repas du Seigneur en famille ou une fois l’an à Pâque. 

Dans Actes 2 v 41-42, après la prédication de Pierre, «Ceux qui acceptèrent la parole (les juifs) furent baptisés…ils persévéraient dans l’enseignement des Apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières (50 jours étaient passés et Pâques était déjà loin) ».

 Paul n’a pas attendu la Pâques ni le jour du Sabbat à Troas, pour rompre le pain. «Le premier jour de la semaine (dimanche) nous étions réunis pour rompre le pain… » Actes 20 v 7      

Paul mettra en garde les Colossiens, les exhortant « à ne pas se laisser juger au sujet du manger et du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune ou des sabbats ; c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps (la réalité) est en Christ » Colossiens 2 v 16

Comme le font certains chrétiens aujourd’hui, vouloir judaïser (se conformer aux prescriptions de la loi et des traditions juives) est contraire à l’évangile et à l’enseignement des Apôtres.

Certains Chrétiens vont jusqu’à fouiller leur passe et arbre généalogique pour se trouver des origines juives et justifier leur attitude de judaïsant.

Prenons garde ! Devant l’engouement de certains pour Israël, on assiste à des dérapages et des égarements, qui nous éloignent du fondement de la foi et de l’œuvre de Christ.

– Attention  de ne pas transformer nos Église en Synagogues.

Paul aux Galates 1 v 8 dit que « même si un ange du ciel ou lui-même annonçait un autre évangile s’écartant de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème  (maudit) ».

J’affirme, avec l’enseignement de Jésus, des Apôtres et de tout le Nouveau Testament que, pour être sauvé un Juif n’a pas d’autre moyen que de reconnaitre et d’accepter Jésus Christ le Messie comme son Sauveur. « Il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s’est donné lui-même pour tous (Juifs et non-Juifs) »

1 Timothée 2 v 5 et 6  Un juif qui reconnait Jésus comme le Messie peut, s’il le souhaite, continuer à pratiquer une certaine forme et coutumes du Judaïsme car il est Juif, à condition bien sur qu’il n’en fasse pas la condition de son salut. Mais il peut garder et pratiquer une forme de Judaïsme comme le faisaient les premiers Juifs convertis à Jésus, Actes 3 v 1 et 21 v 21 a 26, et Paul lui-même se rendant au Temple pour accomplir un vœux ; mais un non Juif n’a pas a pratiquer le Judaïsme. 

De nombreux Juifs dans  le monde, ont reconnu, en Jésus, « le Messie », annoncé par les prophètes et sont affranchis de la loi. Ils sont chrétiens, conformément aux écritures même s’ils gardent quelques traditions et coutumes du Judaïsme.

Les Juifs Chrétiens qui respectent les traditions et coutumes Judaïques n’ont, selon Paul, pas le droit d’imposer ni de chercher à imposer ce mode de vie aux Gentils (païens) convertis, ni même de les juger pour ne pas le faire.

A l’inverse, les non-juifs n’ont pas le droit d’exiger de leurs frères Juifs qu’ils cessent de respecter les coutumes judaïques et eux non plus n’ont pas le droit de les juger parce qu’ils le font. 

En tant que chrétiens, nous ne sommes pas appelés à être des « Messianico-judaïsants», pseudo-chrétiens qui veulent « jouer aux Juifs », mais nous sommes appelés à nous conformer et à vivre selon les écritures, dans la Grâce et la foi qui est en Jésus Christ.

L’ÉVANGILE ET LE JUDAÏSME

1 thought on “L’ÉVANGILE ET LE JUDAÏSME

Laisser un commentaire

Jésus vous aime !
error: Attention contenue protégée, Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :