Les Récompenses Divines

Par le Pasteur et Enseignant Wasso FERRET

Bien que notre salut personnel soit un pur don de Dieu acquis pour nous par le sacrifice du Seigneur Jésus-Christ à la croix du Calvaire, tous les croyants restent cependant exhortés à travailler chacun à leur salut personnel de manière à se maintenir dans le salut et la grâce , tant par la persévérance de leur foi et de leur sanctification, que par leur engagement dans le service rendu à l’œuvre du Seigneur

DEUX GRANDES VÉRITÉS

Les récompenses divines pour les croyants, de même que le châtiment final des incroyants sont deux vérités clairement établies dans la Parole de Dieu (Jean 5:29). Concernant les croyants, la Bible déclare que les « légères afflictions du temps présent produisent pour les croyants au-delà de toute mesure. un poids éternel de gloire » (2 Cor.4:17). C’est pourquoi, au lieu de se laisser accabler, le croyant est appelé à se réjouir dé sa participation au combat pour Évangile, car le Seigneur peut ainsi le perfectionner, le fortifier et le rendre plus solide dans sa foi et son espérance

Musiciens man-ouches. (Gauche à droite) Tarzan et Balo

L’AMOUR DU PROCHAIN

Si les vrais croyants sont capables de pardonner à leurs persécuteurs, de bénir ceux qui les maudissent, et de rendre le bien pour le mal, ils se placeront sur le terrain d’une solide promesse du Seigneur  » LA RÉCOMPENSE SERA GRANDE « (Luc 6:35).

L’engagement personnel dans L’obéissance au Seigneur ainsi que tout le programme spirituel de la vie chrétienne devraient être accomplis avec une grande joie, désintéressement, discrétion et amour pour que le meilleur de chacun ne puisse être entaché ni par L’orgueil, ni par l’esprit de rivalité.Si les croyants servent Dieu suivant la règle établie : Amour, Zèle et Humilité, la Bible leur garantit de merveilleuses récompenses, mais si au contraire ils le servent en gémissant et en murmurant, ils risquent bien de jouer le rôle de simples fonctionnaires, servant sans amour et, dans ce cas, ils prennent le risque de travailler pour RIEN, sans récompense(l Cor. 9:17 – | Cor.3:15). .

En relisant le texte de Paul (1 Cor. 4:5), je reste toujours très impressionné de lire que le barème des récompenses divines qui sera employé pour récompenser les œuvres de piété des croyants, doit passer par les tamis des intentions, ou des motivations qui auront pousse les croyants à les accomplir. Un autre texte reste tout aussi impressionnant, I Cor. 13:l-3 qui nous alerte sur la manière dont il nous faut servir le Seigneur.

Même en exprimant les meilleurs dons spirituels, ou bien en possédant la science et la maîtrise de toutes les connaissances la clé de tous les mystères, ou encore en ayant la foi qui déplace les montagnes, peut-être même d’être capable de distribuer tous ses biens pour les pauvres, ou même de pousser l’héroïsme à l’extrême en livrant son corps au martyre pour être brûlé, si c’est sans amour, et avec d’autres disposition que celles exigées par l’Évangile cela ne servira de rien à ceux qui auront accompli tout cela En effet, le Seigneur analysera le travail de chacun des siens avec exigence et sévérité (Jacq. 3: l).

C’est pourquoi toute la personnalité du croyant doit être imprégnée de simplicité, d’amour et de dévouement pour la seule gloire de Dieu,et non pour la gloire personnelle croyant. C’est la raison pour laquelle chacun est interpelé par la Parole de Dieu dans le but de les encourager à porter une attention soutenue sur leur conduite personnelle en s’efforçant de comparaître devant Dieu comme des ouvriers qui n’ont pas à rougir de leur conduite, ni de leur engagement au service du Seigneur

L’EXAMEN DIVIN

Ce test commence par une mise en garde sur la manière dont chacun applique ses convictions évangéliques dans sa vie quotidienne. LE FEU DIVIN ANALYSERA LE TRAVAIL DE CHAQUE CROYANT » (l Cor.3:10 à l5). L’or, l’argent et les pierres précieuses semblent bien représenter ici dans ce texte toutes les œuvres de bonne qualité et qui, par conséquent, méritent d’être récompensées par le Seigneur car ils résisteront à l’épreuve du feu. Au contraire. le bois, le foin, le chaume sont des éléments fragiles et sans grande valeur, car ils ne résisteront pas à l’épreuve du feu et se consumeront. Ils représentent les œuvres pleines de vanités personnelles et inutiles. Ceux qui auront employé ces matériaux dans leur vie et leurs travaux perdront leurs récompenses, cependant leur salut personnel n’est pas mis en cause puisqu’ils seront sauvés, comme au travers du feu, mais quel dommage de perdre ainsi une partie de leur travail…Donc, les croyants devront tous se présenter un jour devant le Seigneur afin de lui faire un compte-rendu du travail qu’il sauront accompli, pour sa gloire, pendant leur pèlerinage sur la terre

En prévision d’un événement aussi capital pour l’avenir éternel de tous ceux qui ont mis leur foi en Jésus-Christ, l’apôtre Pierre (l Pierre l:17) nous conseille de bien nous conduire avec crainte et tremblement pendant toute notre vie terrestre puisque nous invoquons comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun sans aucune exception ni faveur de personne.Servons donc Dieu sans murmure ni hésitation, servons de manière irréprochable et pure, en sachant que nos actions pour le Seigneur seront aussi les fils d’or avec lesquels nous aurons tisse notre vêtement de fin lin (Apoc. 19:8). Il nous faut prendre garde de nous conduire avec circonscription, non comme des insensés, mais comme des sages, car.. »RACHETER le temps doit être pour les croyants l’objet de leur préoccupation… puisque les jours sont mauvais, alors ne soyons pas inconsidérés, mais comprenons la volonté du Seigneur. Jésus dit : « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs, je n’effacerai point son nom du livre de vie » (Apoc.3:5).

La vie chrétienne, vue par l’apôtre Paul, ressemble à une course que chacun doit gagner. C’est aussi un combat et, pour gagner, les abstinences et les sacrifices ne se comptent pas,car le but, c’est de décrocher la couronne réservée aux vainqueurs. La carrière est devant nous, et dans cette compétition nous devons tout engager. Ouvrons bien nos yeux et considérons les géants de la foi des temps passés qui ont couru eux aussi dans l’arène. Ils nous encouragent par le témoignage de leurs expériences écrites dans la Bible. Alors, ne baissons pas les bras, car la couronne de la gloire est au bout du chemin qui nous reste encore à parcourir en nous rappelant que Jésus a promis d’être avec nous et à nos côtés pour nous encourager. Alors il nous faut vaincre. Le défi est ouvert, ce sont ceux qui sont déterminés qui s’empâreront du Royaume.Frères et Sœurs dans la foi, BON COURAGE, et rendez-vous très bientôt ensemble devant le Seigneur que nous aimons.

Wasso FERRET

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :